IQBAL : Pour un monde heureux et solidaire de valeurs et d'esthétique
Vous êtes bien sur Iqbal le Forum à coeur ouvert.
Bienvenus chez vous !



 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Sondage
Quel est le meilleur écrivain algérien ?
 Mohammed Dib
 Malek Haddad
 Kateb Yacine
 Mouloud Mammeri
 Mouloud Feraoun
 Assia Djebbar
 Tahar Ouettar
 Abdelhamid Benhadouga
 Rachid Boudjedra
 Rachid Mimouni
 Yasmina Khadra
 Maissa Bey
 Ahlem Mosteghanemi
Voir les résultats


Les visiteurs d’Iqbal
relations
 

Partagez | 
 

 Sélection de littérature algérienne des années 90

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Sélection de littérature algérienne des années 90   Jeu 27 Mai - 11:01


Selection de littérature algérienne contemporaine
in "Services Documentaires Multimédia"

Une sélection d’ouvrages accompagnée d’un résumé. Il s’agit essentiellement d’une littérature en prise avec l’actualité. N’y sont donc pas mentionnés les célèbres Kateb Yacine, Mouloud Feraoun, Malek Haddad…. qui ont marqué la génération de l’indépendance. Cependant est mentionné la Chrysalide qui fut très populaire dans les années 70 car porteur d’espoir pour une génération de femmes.

Condition féminine:

La Chrysalide d’Aicha Lemsine
La Chrysalide saisit et fixe; à travers l' histoire d' une famille comme mille autres, l' injustice et
la douleur qui sont le lot quotidien de la femme. (...) Les droits du père, du mari, en terre
arabe; sont sans limites. Aïcha Lemsine donne à voir et s' élève contre le mariage forcé, la
répudiation, la polygamie. - LE MONDE

Le chant du lys et du basilic
De Latifa Ben Mansour
"Chant d' amour à la gloire des femmes algériennes" (André Laurens). Premier roman d' une
universitaire d' origine algérienne qui enseigne la linguistique à Orléans-La Source. Une
oeuvre essentiellement autobiographique qui se déroule à Tlemcen pendant la guerre
d' Algérie (les années 1950) et met l' accent sur le monde de l' enfance, les bouleversements
socio-politiques.

Les hommes qui marchent de Malika Mokeddem
Au pied des dunes, aux portes du Grand Erg, où s' est fixée la tribu, la vieille Zohra est
devenue l' inoubliable conteuse des temps anciens, le pilier de la sagesse et des traditions
bédouines. Les enfants l' écoutent, fascinés, tandis que l' Algérie des années cinquante bascule
dans la guerre contre les " roumis ". Trois décennies plus tard, Leïla, sa petite-fille, l' une des
premières jeunes filles de la tribu à maîtriser l' écriture, se rebelle contre le destin de recluse
qu' on veut lui imposer. Elle puisera dans ses racines nomades la force de s' opposer à des
coutumes d' un autre âge. A travers ces deux femmes, la romancière de L' Interdite et du Siècle
des sauterelles redessine, entre indépendance et terreur intégriste, le visage de son pays
déchiré.

L'interdite de Malika Mokeddem
Une femme libre au pays des intégristes. Une Algérienne qui exerce la médecine en France,
revient au village où elle est née pour remplacer un médecin décédé qu' elle avait aimé. Un
autre amour "l' attend", mais aussi l' obscurantisme, le fanatisme, la violence, etc. Comme
l' écrit N. Kattan, l' oeuvre est un cri de colère et de désespoir et la démonstration que
l' intégrisme religieux est l' outil des tenants de l' ordre tribal qui veulent conserver leur pouvoir.
L' oeuvre, d' une "densité romanesque" assez faible, avec des "métaphores peu heureuses",
aborde des questions importantes et, à ce titre, mérite largement les deux voix qu'elle a recueillies au prix Goncourt.

Cette fille-là de Maïssa Bey
Une narratrice, Malika, enfant abandonnée, fugueuse, rebelle, des femmes ayant vécu
l'exclusion et les rejets auxquels les a condamnées une société impitoyable, enfermées dans un
lieu emblématique, un manoir en déshérence, tentent de briser le cercle du silence.
Une écriture en fragments, traversée par des fulgurances poétiqu es, avec des passages qui
atteignent parfois l'incandescence.

Une femme à Alger : Chronique du désastre de Fériel Assima
Témoignage direct de la situation présente en Algérie (1995). La forme romanesque n'entame
en rien l'authenticité horrible de cette chronique.


Oran, langue morte de Assia Djebar
Une oeuvre tragique dans laquelle Assia Djebar s'est attachée à exprimer, au plus près de son
horreur quotidienne, la violence que connaît l'Algérie depuis de longues décennies. Des récits
où s'entrelacent les thèmes des origines, de la mémoire et de l'imaginaire berbère.

La Voyeuse interdite de Nina Bouraoui
Roman "ethnographique"? "La tristesse me donne bien des mots et des maux" (p. 17). Un
tableau de l'Algérie qui, selon D. Benyekhief, est morbide et plein de poncifs. On peut être
d'un avis différent. L'auteur met l'accent sur l'aspect étouffant de la tradition, "dame
vengeresse" contre laquelle les femmes du Maghreb ne peuvent pas lutter efficacement (cf. p.
126) pour des raisons sociologiques, religieuses, etc. Prix du Livre Inter 1991.

Le Châtiment des hypocrites de Leïla Marouane
Une femme algérienne vivant à Paris se remémore la jeune fille qu'elle était à Alger, suite à
un chamboulement dans sa vie. Algérie contemporaine


Les vigiles de Tahar Djaout
Dans l'Algérie d'aujourd'hui, un jeune professeur invente une machine et ses ennuis
commencent... En fin de compte son mérite sera reconnu mais l'administration et les
politiciens auront trouvé leur bouc émissaire. Une fable proche de la satire douce. Pour
Salima Aït Mohamed, il s'agit d'une "fresque de l'Algérie en détresse".

Timimoun de Rachid Boudjedra
Un ancien pilote de chasse de l'armée algérienne, devenu alcoolique, conduit un car de
touristes à travers le Sahara. Il tombe "amoureux et jaloux à en hurler" de Sarah, elle-même
entichée d'un beau musicien noir. En contrepoint à cet "amour désastreux", la radio égraine
ses sanglantes informations (bombes, meurtres, enlèvements intégristes). Le titre fait
référence à un ksar rouge dominant une palmeraie où des touristes font une halte. Première
sélection Goncourt 1994.

La Vie à l'endroit de Rachid Boudjedra
Alors qu'Alger est en liesse à la suite d'une victoire sportive, un intellectuel menacé de
mort par les intégristes du F.I.S., "terroristes fanatisés" (p. 187), va d'une cache à l'autre et vit
dans l'angoisse. Il a une liaison amoureuse intense avec une Française médecin et s'active
sporadiquement à l'organisation d'un réseau armé d'autoprotection. Les souvenirs se
bousculent dans sa tête, aussi bien familiaux et d'enfance, qu'historiques ou érotiques. Un
roman poignant dont l'intérêt dépasse largement, par sa dimension littéraire, celui du simple
témoignage.


Fascination de Rachid Boudjedra
Fascination est un roman étrange. Sur les hauts plateaux de Constantine, il sonne comme un
tocsin, réveille en nous des malaises, des peurs, des délires. Les personnages -Êvéritables
fresques vivantes- sont dotés d'un nom à trois lettres: Ali, et son sosie Ali Bis, Lol et Lam,
tous les deux adoptés par Ila et sa femme Lil. C'est l'un des antidotes qu'a choisi Ila à sa
stérilité. Un autre est d'élever des chevaux, dont il croise les différentes races comme pour
mieux se jouer des généalogies. Lam, qui ne parvient pas à lever le secret de ses origines, fait
les frais de ce jeu. À tel point qu'après une nuit d'amour passée avec Lol, il fuit, persuadé
d'avoir commis un inceste. Moscou, Pékin, Hanoi, Barcelone, Paris: il parcourt le monde, à
la recherche d'une impossible sérénité.

Tombéza de Rachid Mimouni
Le destin maudit d'un homme aussi corrompu et monstrueux qu'attachant. Un terrible portrait
de la société algérienne, entre 1937 et les premières années de son indépendance. Pour G.
Brisac du Monde, il s'agit d'un livre "torrentiel et magnifique". Du côté de Céline.

Le blanc de l'Algérie de Assia Djebar
Une vingtaine d'écrivains morts sont évoqués en ce beau récit quasi liturgique. Camus, Fanon,
Feraoun, Amrouche, Yacine entre autres dont la personnalité permet de lire les événements
depuis la guerre d'Indépendance jusqu'à l'actuel terrorisme.

Comme il a dit lui de Yassir Benmiloud
Des articles sur la situation sociopolitique en Algérie, par un journaliste qui publie dans le
journal El Watan.

Les amants désunis de Anouar Benmalek
L'Algérie, depuis la dernière guerre, racontée à travers l'histoire d'un autochtone et d'une
Suissesse séparés par les événements. –

Le passeport d’Azouz Begag
L'Algérie d'aujourd'hui telle que ressentie par un natif de France qui voudrait bien y retourner.

C’est à Alger de Mohamed Fellag
"C'est à Alger" est une descente aux enfers. A travers cinq nouvelles, Fellag nous invite à une
plongée hallucinante dans les dédales de la tragédie algérienne, aujourd'hui. Toute une galerie
de personnages touchants de drôlerie, de poésie et de vérité nous y accompagne. Il y a Samia
qui rêve sa vie depuis un balcon. Mouh, ce jeune garçon naïf de Bab El Oued, pris dans les
filets kafkaïens de la police politique. Il y a ces prostituées d'un bordel qui, après
l'Indépendance, se sont retrouvées "à la rue".

Les fils de l’amertume (théâtre)de Slimane Benaïssa
Dans Les Fils de l'amertume, l'homme de théâtre algérien en exil Slimane Benaïssa retrace les
trajectoires parallèles d'un intégriste et d'un journaliste. A travers eux, c'est toute l'histoire et
les drames de l'Algérie contemporaine qui se révèlent, dans une écriture qui mêle intimement
le poétique et le politique, et où l'humour apparaît comme le dernier recours contre le
désespoir. Grande figure du théâtre algérien, Slimane Benaïssa parle de son pays, de l'exil, de
l'immigration, de l'amitié, et de la nécessité du théâtre, dérisoire et vital.

Les agneaux du Seigneur de Yasmina Khadra
Ghachimat, paisible bourgade algérienne, va en quelques mois basculer dans la barbarie. Un
enfant du pays, sorti de prison, revient à Ghachimat pour y introduire les idées des Frères
Musulmans. L'irréversible métamorphose de doux agneaux en monstres sanguinaires est
amorcée. «Si tu veux miser sur un monstre qui dure, choisis-le parmi les plus démunis.» Cet
homme-monstre, c'est Zane, nain-vautour sujet depuis toujours aux moqueries, sorte de
«grand dégoût collecteur» qui va trouver l'occasion de se venger. Yasmina Khadra est un
pseudonyme adopté par l'auteur qui vit en Algérie. On a appris depuis peu qu'il s'agit d'un
homme. Dans son récit, il décrit implacablement la montée de la terreur, le noyautage
systématique d'une communauté par les islamistes. L'horreur est quotidienne, et la frontière
ténue entre victimes et bourreaux.

Nouvelles d'Algérie de Maïssa Bey
Dix nouvelles qui reflètent la réalité dramatique du pays. Style atmosphérique efficace.

Services Documentaires Multimédia

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
 
Sélection de littérature algérienne des années 90
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IQBAL : Pour un monde heureux et solidaire de valeurs et d'esthétique :: ARTS et LETTRES :: LITTERATURE / Roman, poésie, essai-
Sauter vers: