IQBAL : Pour un monde heureux et solidaire de valeurs et d'esthétique
Vous êtes bien sur Iqbal le Forum à coeur ouvert.
Bienvenus chez vous !



 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Sondage
Quel est le meilleur écrivain algérien ?
 Mohammed Dib
 Malek Haddad
 Kateb Yacine
 Mouloud Mammeri
 Mouloud Feraoun
 Assia Djebbar
 Tahar Ouettar
 Abdelhamid Benhadouga
 Rachid Boudjedra
 Rachid Mimouni
 Yasmina Khadra
 Maissa Bey
 Ahlem Mosteghanemi
Voir les résultats


Les visiteurs d’Iqbal
relations
 

Partagez | 
 

 le deuxième recueil de Ahcene Mariche: Taazzult-iw ( confidences et mémoires)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ahcenemariche



Masculin
Age : 49
Localisation : tizi rached kabylie
Humeur : cool

Réputation : 9
Inscrit le : 03/10/2009

MessageSujet: le deuxième recueil de Ahcene Mariche: Taazzult-iw ( confidences et mémoires)   Mar 29 Juin - 23:45


Taazzult-iw
Après avoir signé « Id yukin » (Les nuits volubiles), en 2005, le poète Ahcène Mariche, revient, une année après, avec un second recueil de poésie intitulé : « Taâezzult-iw » (Confidences et mémoires).
Celui-ci est édité à compte d’auteur, comme le premier, il a été préfacé par Djamel BEGGAZ, il est composé de 25 poèmes écrits en langue kabyle avec leur traduction en langue française réalisée par Mohamed Melaz.
Sorti le 07 mai dernier, « Taâezzult-iw » (Confidences et mémoires) est, actuellement, disponible au niveau des grandes librairies de la Kabylie et dans quelques-unes à Alger et à Oran, en attendant sa distribution à grande échelle.

Fiche technique du recueil :
Titre : « Taazzult-iw » (Confidences et mémoires)
Auteur : Ahcène Mariche
Édition : A compte d’auteur
Traduction : Mohamed Melaz
Préface : Djamel BEGGAZ
Conception : BEGGAZ.Info
ISBN : 9947-0-1264-6
Nombre de pages : 122
Prix public : 180 DA
PRÉFACE DE : TAAZZULT-IW (CONFIDENCES ET MEMOIRES)

A
HCENE MARICHE nous fait revisiter, avec la force de sa poésie, le bon vieux temps tout en mettant l’accent, lorsqu’il le faut, sur la société et l’univers culturel berbère.

Partant de la pittoresque galerie que nous offre la nature, la dictée s’impose à lui avec un verbe bien moulé, aiguisé, parfois doux, parfois amer, c’est selon !

Lui, qui a signé ses premiers poèmes étant lycéen à Larbaa N-At Yiraten, 21 ans après, en 2005, il publie son premier recueil « Iv Yukin » (Les Nuits Volubiles), pour mener au loin ses idées, il le traduit et l’adapte en Anglais, pour le publier aux Etats-Unis d’Amérique, avant de récidiver avec ce nouveau recueil qu’il a, si jalousement, intitulé « Taeezzult-iw » (Confidences et Mémoires).

Nous commençons l’aventure, avec lui, au royaume de l’amour, « où il n’y a ni roi, ni couronne, ni esclave, ni chaîne », par un hymne dans son poème « Sidi Valentin » (Saint Valentin) qui est devenu, sa carte de visite et où il rend un hommage aux couples amoureux, les célèbres et ceux en passe de le devenir.

Imaginatif et plein de volonté, il a même mis sa poésie en forme de tableaux écrits avec de la peinture sur soie, ceci en quatre langues (s’il vous plait !) pour rendre sa poésie plus accessible dans un décor spécial qui initie chaque visiteur, de son exposition, à son univers.

Ajouté au fait que son verbiage de tous les jours soit poétique et proverbial, en écrivant, Ahcène possède une touche qui lui est propre, avec pareilles approche et analyse, dans ses textes, il ne laisse personne indifférent.

Sa thématique toujours variée, de fil en aiguille, il installe son lecteur dans son bateau et le laisse entrevoir ses horizons. Il accorde, volontiers, une visite guidée dans des sujets où la saveur, la portée, la philosophie, la composition sont les éléments de son équation qu’il aime proposer à ses fans et lecteurs afin d’apprécier le moment de vérité.

L’analyse du scientifique, le regard de l’artiste, la sensibilité de son âme, sa volonté, sa détermination font la recette de son bon plat pour qu’il convie (à sa table !) les amoureux de la lecture et les adeptes du bon verbe et de la poésie.

Toujours attentif, mais quand son courant littéraire trouve espace, il s’impose et se fait une intensité remarquable. Touche à tout, caresse, presque fait rêver, t’envoie loin, sans visa.

Nous avons fait avec lui le voyage et admiré les scènes et les décors de chacun de ses poèmes. Nous avons humé l’air parfumé des vallées fleuries et participé à ses joies et peines et compati aux blessures de ceux qui affrontent la dureté de la vie, le besoin inassouvi, le désespoir…

Ahcène, un amoureux des voyages, se permet même de prendre le vent comme monture qui lui fait voir de toutes les couleurs et l’installe à la fin sur la chevelure d’un roseau et le subira sans résistance car il plie à sa convenance.

Fidèle à ses imaginations, aujourd’hui, il se voit démuni de cœur puisqu’à sa place, c’est un cimetière qu’il y installe pour enterrer ses soucis, tristesses… Il espérait vivre en paix tel un flâneur car ses nuits sont éveillées et volubiles. Plein de personnages se présentent à lui : mendiants, bergers, sages, qui, pour le guidé, qui, pour le supplier, qui, pour le torturer, l’autre l’inspirer… Lui qui est au four et au moulin, les ténèbres lui semblent infinies.

Dans un de ses poèmes, servis dans ce deuxième recueil, il fait parler l’aiguille, qui l’eut crut ? Il nous parle de négligence, de jalousie sans pour autant se vouloir moralisateur. Il parle aussi de santé, du père, « le meilleur des pères », qu’il dédie à son père en particulier et à tous les pères dignes de ce nom.

L’effet d’un seul mot, « AWAL » s teqbaylit, souvent banalisé, trouve, dans les textes de Ahcène, une analyse poussée à l’extrême.

Rejoignant la croyance populaire, il imagine le destin sourd et aveugle jusqu’au jour, où, se retrouvant devant une glace, il parle à lui-même et interprète cette image qui se dresse devant lui.

En lisant les textes d’Ahcène, nous retrouvons le sens complet de cette célèbre citation : « Le poète est un géant qui passe sans effort par le trou d’une aiguille, il est aussi un nain qui rempli l’univers. »

Djamel BEGGAZ
Revenir en haut Aller en bas
http://ahcenemariche.centerblog.net
 
le deuxième recueil de Ahcene Mariche: Taazzult-iw ( confidences et mémoires)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IQBAL : Pour un monde heureux et solidaire de valeurs et d'esthétique :: ARTS et LETTRES :: LITTERATURE / Roman, poésie, essai-
Sauter vers: