IQBAL : Pour un monde heureux et solidaire de valeurs et d'esthétique
Vous êtes bien sur Iqbal le Forum à coeur ouvert.
Bienvenus chez vous !



 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Sondage
Quel est le meilleur écrivain algérien ?
 Mohammed Dib
 Malek Haddad
 Kateb Yacine
 Mouloud Mammeri
 Mouloud Feraoun
 Assia Djebbar
 Tahar Ouettar
 Abdelhamid Benhadouga
 Rachid Boudjedra
 Rachid Mimouni
 Yasmina Khadra
 Maissa Bey
 Ahlem Mosteghanemi
Voir les résultats


Les visiteurs d’Iqbal
relations
 

Partagez | 
 

 IBN ROCHD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: IBN ROCHD   Mar 16 Déc - 13:58

Abou el Oualid Mohammed IBN ROCHD, dit Averroès
Source : é-académie de Toulouse.

Né à Cordoue en Espagne en 1126, Averroès appartient à une famille respectée d’hommes de religion et de juristes. Son grand-père, le plus célèbre de la lignée, grand cadi de Cordoue, était à la tête d’une hiérarchie de magistrats, de desservants de mosquées et de prédicateurs. Averroès cadi (juge) a suivi la tradition familiale, mais il l’a étendue à d’autres fonctions et d’autres activités.

Il reçoit une formation solide, pur produit de l’éducation classique de son époque qui se fait par des maîtres particuliers. La formation initiale commence par l’étude, par cœur, du Coran, à laquelle s'ajoutent la grammaire, la poésie, des rudiments de calcul et l’apprentissage de l’écriture. Averroès étudie avec son père, la sunna, le hadîth et le fiqh. Les sciences et la philosophie ne sont étudiées qu’après une bonne formation religieuse. Averroès élargit l’activité intellectuelle de son milieu familial en s’intéressant aux sciences profanes : physique, astronomie, médecine. Á l’issue de sa formation, c’est un homme de religion féru de savoirs antiques et curieux de connaître la nature.

Cadi à Séville, grand cadi à Cordoue, il suit la carrière de ses ascendants. En outre, il écrit des livres de droit dont le plus connu est la Bidâya, encore étudiée de nos jours à Médine.

L’objectif d’Averroès est de mettre en évidence ce qui permet un bon jugement. Le fondement du droit est la Loi religieuse, mais il peut apparaître des problèmes d’interprétation. Par exemple, comment concilier le Coran qui interdit le prêt à intérêt assimilé à l’usure, et les opérations bancaires nécessitées par le grand commerce ? Il s’agit de trouver des accomodations juridiques susceptibles de faire jurisprudence. Il est donc un praticien et un théoricien du droit.

- Il est médecin, titre donné rarement, et qui suppose une réputation bien établie dans le domaine théorique et pratique. Il est nommé médecin de l’émir almohade Abu Yaqûb Yûsuf (1163-1184) à Marrakech en 1182. C’est d’ailleurs à l’occasion de leur première rencontre en 1166 que le prince lui aurait demandé de faire le commentaire des œuvre d’Aristote. Il sera également médecin de son successeur. En outre, il a rédigé des ouvrages de médecine dont un grand traité dans lequel s’exprime son adhésion à la médecine scientifique héritée des Grecs qu’il faut concilier avec "la médecine du prophète", ensemble des traditions rassemblant les pratiques et les conseils du Prophète (salut et bénédiction sur lui) en matière de soins à lui-même et à son entourage. En médecine comme en droit, Averroès fut praticien et théoricien.
Ce n’est ni comme médecin ni comme juriste qu’Averroès fut connu des Latins mais comme philosophe, commentateur d’Aristote. L’émir Yûsuf Ier lui ayant demandé, en 1166, de présenter pédagogiquement l’œuvre d’Aristote, Averroès cherche à retrouver l’œuvre authentique. Il utilise plusieurs traductions. En appliquant les principes de la pensée logique dont la non-contradiction, et en utilisant sa connaissance globale de l’œuvre, il retrouve des erreurs de traduction, des lacunes et des rajouts. Il découvre ainsi la critique interne. Il a écrit trois types de commentaires : les Grands, les Moyens et les Abrégés. Il apparaît comme l’aristotélicien le plus fidèle des commentateurs médiévaux.
(Mais aussi comme un grand philosophe à part entière, brillant et original, en fait il exprime une pensée nouvelle et vigoureuse, avec une intelligence véritablement exceptionnelle, qui marquera le monde des idées universelles jusqu'à aujourd'hui (ndlr)).

En religion, la philosophie héritée des Grecs, la falsafa, culmine en Orient avec Ibn Sina dit Avicenne (980-1037) et en Occident avec Averroès qui connaît et discute la pensée d’Avicenne.

Averroès se heurte à la difficulté de concilier philosophie et religion. Il s’en explique dans "Le traité décisif sur l’accord de la religion et de la philisophie". Pour lui il n’y a pas de contradiction entre la Révélation et la philosophie : "le vrai ne peut contredire le vrai". Mais cette position n’est pas partagée par la majorité des théologiens et des croyants. Lui-même, homme de foi ayant adhéré sincèrement à la réforme politico-religieuse des Almohades, invite les philosophes à la modestie (...). Il insiste sur le maintien de la religion et de la philosophie dans deux sphères séparées. Mais il subit les critiques des oulémas, spécialistes de la connaissance religieuse à une époque où le sultan Abû Yûsuf Yaqûb Al-Mansûr fait interdire la philosophie, les études et les livres, à partir de 1195, Averroès, déjà suspect comme philosophe, est victime d’une campagne d’opinion qui vise à saper son prestige de cadi. Al-Mansûr sacrifie alors les intellectuels à la pression des oulémas. Averroès est exilé en 1197 à Lucena (...) Il est rappelé au Maroc mais n’est pas rétabli dans ses fonctions. Il meurt à Marrakech le 10 ou 11 décembre 1198 sans avoir revu l’Andalousie.

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
 
IBN ROCHD
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IQBAL : Pour un monde heureux et solidaire de valeurs et d'esthétique :: CULTURE :: SPIRITUALITE / PHILOSOPHIE / SOCIETE-
Sauter vers: