IQBAL : Pour un monde heureux et solidaire de valeurs et d'esthétique
Vous êtes bien sur Iqbal le Forum à coeur ouvert.
Bienvenus chez vous !



 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Sondage
Quel est le meilleur écrivain algérien ?
 Mohammed Dib
 Malek Haddad
 Kateb Yacine
 Mouloud Mammeri
 Mouloud Feraoun
 Assia Djebbar
 Tahar Ouettar
 Abdelhamid Benhadouga
 Rachid Boudjedra
 Rachid Mimouni
 Yasmina Khadra
 Maissa Bey
 Ahlem Mosteghanemi
Voir les résultats


Les visiteurs d’Iqbal
relations
 

Partagez | 
 

 Histoires & récits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Olfa
Esthète


Féminin
Age : 50
Localisation : Algérie
Humeur : Bonne

Réputation : 38
Inscrit le : 03/04/2011

MessageSujet: Histoires & récits   Jeu 19 Mai - 20:09

Un jeune couple venait de s’installer dans un nouveau quar...tier...
Le lendemain matin, au moment où le couple prenait le petit déjeuner, la femme aperçut leur voisine qui étendait son linge .
...Quel linge sale! dit elle. Elle ne sait pas laver.
Peut-être a-t-elle besoin d’un nouveau savon pour mieux faire sa lessive....

Son mari regarda la scène mais garda le silence.
C’était le même commentaire chaque fois que la voisine séchait son linge...

Après un mois, la femme fut surprise de voir un matin que le linge de sa voisine était bien propre et elle dit à son mari:
Regarde! Elle a enfin appris à laver son linge maintenant. Qui le lui a enseigné ?

Le mari répondit:
Personne... Je me suis levé tôt ce matin et j’ai lavé les vitres de notre fenêtre !

Moralité :

Parfois tout dépend de la propreté de la fenêtre à travers laquelle nous observons les faits...
Avant de critiquer, il faudrait peut-être vérifier d’abord la qualité de notre regard. Alors, nous pourrions voir avec clarté, la limpidité du coeur des autres.

Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Histoires & récits   Jeu 19 Mai - 21:44

J'ai beaucoup aimé. Merci Olfa.

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Lem
Esthète


Masculin
Age : 70
Localisation : Algérie
Humeur : Être gai et rire... c'est guérir !

Réputation : 53
Inscrit le : 13/01/2011

MessageSujet: Re: Histoires & récits   Ven 20 Mai - 12:38

Merci Olfa. Des histoires comme celles-là on en redemande. Elles devraient être enseignées dans nos écoles dont les vitres ont besoin d'être lavées à grande eau.
Revenir en haut Aller en bas
http://kherrata.blog4ever.com
Lem
Esthète


Masculin
Age : 70
Localisation : Algérie
Humeur : Être gai et rire... c'est guérir !

Réputation : 53
Inscrit le : 13/01/2011

MessageSujet: Re: Histoires & récits   Ven 20 Mai - 12:51

UN ÉLÉPHANT ET LES AVEUGLES

Une fois, six aveugles vivaient dans un village. Un jour, ses habitants leur dirent " Hé ! Il y a un éléphant dans le village, aujourd'hui "

Ils n'avaient aucune idée de ce qu'était un éléphant. Ils décidèrent que, même s'ils n'étaient pas capables de le voir, ils allaient essayer de le sentir. Tous allèrent donc là où l'éléphant se trouvait et chacun le toucha.

" Hé ! L'éléphant est un pilier " dit le premier, en touchant sa jambe.

" Oh, non ! C'est comme une corde, dit le second, en touchant sa queue.

" Oh, non ! C'est comme la branche épaisse d'un arbre " dit le troisième, en touchant sa trompe.

" C'est comme un grand éventail " dit le quatrième, en touchant son oreille.

" C'est comme un mur énorme " dit le cinquième, en touchant son ventre.

" C'est comme une grosse pipe " dit le sixième, en touchant sa défense.

Ils commençaient à discuter, chacun d'eux insistait sur ce qu'il croyait exact. Ils semblaient ne pas s'entendre, lorsqu'un sage, qui passait par-là, les vit.

Il s'arrêta et leur demanda " De quoi s'agit-il ? "

Ils dirent " Nous ne pouvons pas nous mettre d'accord pour dire à quoi ressemble l'éléphant"

Chacun d'eux dit ce qu'il pensait à ce sujet.

Le sage leur expliqua, calmement " Vous avez tous dit vrai. La raison pour laquelle ce que chacun de vous affirme est différent, c'est parce que chacun a touché une partie différente de l'animal. Oui, l'éléphant a réellement les traits que vous avez tous décrits "

" Oh ! " dit chacun. Il n'y eut plus de discussion entre eux et ils furent tous heureux d'avoir dit la réalité.

La morale de cette histoire, c'est qu'il peut y avoir une part de vérité dans ce que quelqu'un dit. Parfois, nous pouvons voir cette vérité, et parfois non, parce qu'il peut, aussi, y avoir différentes perspectives sur lesquelles nous ne pouvons pas être d'accord. Plutôt que de discuter comme ces aveugles, nous devons dire :

" Peut- être que vous avez vos raisons ? ".

De cette façon, nous ne nous perdrons pas en argumentations.


Revenir en haut Aller en bas
http://kherrata.blog4ever.com
Olfa
Esthète


Féminin
Age : 50
Localisation : Algérie
Humeur : Bonne

Réputation : 38
Inscrit le : 03/04/2011

MessageSujet: Re: Histoires & récits   Ven 20 Mai - 13:17

Macha Allah cette histoire m'a ému.

Merci Lem baraka Allah fik.


Revenir en haut Aller en bas
Olfa
Esthète


Féminin
Age : 50
Localisation : Algérie
Humeur : Bonne

Réputation : 38
Inscrit le : 03/04/2011

MessageSujet: Re: Histoires & récits   Ven 20 Mai - 13:27

La Fillette Pieuse

Ceci une histoire vécue qui arriva à l’époque à un homme pieux qui vivait avec sa famille et qui désirait se rendre à la Mecque pour effectuer son Pèlerinage.



(A l’époque, il fallait beaucoup de temps pour s’y rendre pour ceux qui habitaient loin, à cause des moyens de transports lents)




Ses fils, en apprenant cette nouvelle, dirent à leur père de ne pas y aller, car il était le seul qui travaillait pour subvenir au besoin de sa famille et devait donc rester pour travailler pour eux. Le père changea alors d’avis.



Il avait parmi ses enfants, une petite fille, pieuse, qui vint à lui et lui dit :



" ô mon père, qui est-ce qui nous accorde notre subsistance si ce n’est Allah ?



Ne t’inquiète pas ô mon père, rends-toi à ton pèlerinage, et comme le dit le Très Haut,

celui qui place sa confiance en Lui, Il subviendra à ses besoins par là où il s’y attend le moins."



Suite aux paroles sages de sa fille bien aimée, le père décida de partir pour La Mecque…



Le temps passait lorsqu’un jour, un émir passa par cette contrée avec ses compagnons, et ressentit une immense soif. Il demanda à l’un de ses compagnons d’aller chercher de l’eau auprès des habitants de ce lieu afin de la lui ramener. Le compagnon partit donc à la recherche d’eau et il frappa à la porte de « notre petite famille ». Il leur demanda de l’eau et la famille lui en offrit avec grand plaisir.



Le compagnon apporta de l’eau à l’Emir qui fut très heureux de s’être désaltéré. Il demanda alors à son compagnon quelle était cette famille qui lui avait offert de leur eau pour qu’il puisse les remercier.



Le compagnon lui répondit que c’était la famille d’untel (Le père de famille était connu pour sa piété). L’émir demanda alors à ce qu’on le conduise jusqu’à lui afin qu’il puisse le remercier.



Arrivé sur les lieux, la famille lui expliqua qu’il était parti effectuer son pèlerinage et à ces mots, l’émir dit :



« En l’absence de notre frère, nous avons le devoir de nous occuper de sa famille » et il sortit une énorme bourse remplie de pièces d’or qu’il leur offrit. Puis il se tourna vers la multitude de compagnons qui l’accompagnaient et leur dit : « que celui qui m’aime fasse comme moi »



C’est ainsi que la maison de cette famille fut remplie de pièces d’or et d’argent.



Tout le monde sautait de joie … sauf la petite fille qui sanglotait …



L’émir la vit pleurer et lui demanda pourquoi.



Elle lui répondit :


« Un homme nous a regardé … et nous sommes riches … que dire du Regard de Dieu ? »


Regardons soubhan Allah comment Dieu le Très Haut s’occupe de celui qui place sa confiance en Lui, et regardons comment a réagi la petite fille, et comment elle a comparé la générosité d’un homme, et les immenses récompenses que Dieu le Très Haut nous promet, ici-bas et dans l'au-delà, pour notre obéissance et notre adoration.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Histoires & récits   Ven 20 Mai - 18:46

"Un homme se promène dans un parc à Rennes.
Soudain, il voit un grand chien, enragé, attaquant férocement une petite fille de 7 ans.
Les pasants malgré le danger de mort pour la pauvre fillette ont peur et ne s'approchent pas.
Alors, il saute sur le chien et le tue de ses propres mains. Un policier qui a vu la scène arrive en courant et lui dit : -"Vous êtes un héros ! Demain, on lira sur les journaux :Un Breton courageux sauve la vie d'une petite fille ". L'homme répond : - "Mais, je ne suis pas Breton"! Le Policier "Bien, ce n'est pas grave, on lira : - "Un homme courageux de Bretagne sauve la vie d'une petite fille". - "Mais, je ne suis pas Breton, Monsieur,Je suis Algérien je m'appelle Amar !"
Le lendemain, à la Une d'Ouest-France on peut lire: Un Arabe massacre un épagneul breton de race pure,d'une manière barbare,sous les yeux d'une fillette de 7 ans,traumatisée à vie !"

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Lem
Esthète


Masculin
Age : 70
Localisation : Algérie
Humeur : Être gai et rire... c'est guérir !

Réputation : 53
Inscrit le : 13/01/2011

MessageSujet: Re: Histoires & récits   Ven 20 Mai - 19:08

Merci Olfa et Admin pour ces lectures édifiantes.

Commentaire du dernier texte : comme quoi, chasse le naturel, il revient ... au calot.
Revenir en haut Aller en bas
http://kherrata.blog4ever.com
Olfa
Esthète


Féminin
Age : 50
Localisation : Algérie
Humeur : Bonne

Réputation : 38
Inscrit le : 03/04/2011

MessageSujet: Re: Histoires & récits   Lun 23 Mai - 12:49

Avez-vous l'habitude de conserver des objets inutiles, en pensant qu'un jour, qui sait quand, vous pourriez en avoir besoin?

Avez-vous l'habitude d'accumuler de l'argent et de ne pas le dépenser parce que vous pensez que vous pourriez en manquer à l'avenir?

Avez-vous l'habitude de mettre en réserve des vêtements, des chaussures, des meubles, de...s ustensiles et autres fournitures domestiques que vous n'avez pas utilisés depuis quelque temps déjà?

Et en vous.? Avez-vous l'habitude de garder des reproches, du ressentiment, de la tristesse, des peurs et plus encore?

Ne le faites pas! Vous allez à l'encontre de votre prospérité!

Il est nécessaire de faire de la place, de laisser un espace vide pour permettre à de nouvelles choses d'arriver dans votre vie.

Il est nécessaire de vous débarrasser de toutes les choses inutiles qui sont en vous et dans votre vie afin que vienne la prospérité.

La force de ce vide est une force qui va absorber et attirer tout ce que vous souhaitez.

Tant que vous retenez matériellement ou émotionnellement des sentiments anciens et inutiles, vous n'aurez pas de place pour de nouvelles opportunités.
Les biens doivent circuler.

Nettoyez vos tiroirs, les armoires, les ateliers, le garage.... Donnez ce que vous n'utilisez plus...

L'attitude qui consiste à garder un amas de trucs inutiles enchaîne votre vie en bas.

Ce ne sont pas les objets que vous gardez qui font stagner votre vie... mais plutôt l'attitude de garder...

Quand nous gardons en réserve, nous envisageons la possibilité du manque, de la pénurie..

Nous croyons que cela pourrait manquer demain et que nous ne serons pas capables de satisfaire ces besoins.

Avec cette idée, vous envoyez à votre cerveau et à votre vie deux messages :

Que vous ne faites pas confiance à l'avenir et que vous pensez que ce qui est nouveau et ce qui est meilleur ne sont pas pour vous.

Pour cette raison, vous vous réconfortez en conservant de vieux trucs inutiles.

Débarrassez-vous de ce qui a perdu ses couleurs et son éclat ...

Laissez entrer chez vous et en vous-mêmes ce qui est nouveau...
Revenir en haut Aller en bas
Lem
Esthète


Masculin
Age : 70
Localisation : Algérie
Humeur : Être gai et rire... c'est guérir !

Réputation : 53
Inscrit le : 13/01/2011

MessageSujet: Re: Histoires & récits   Lun 23 Mai - 12:58

Merci Olfa. Tu es de bon conseil.
Tu devrais envoyer tes textes aux écoles.
Pour leur éviter les colles. Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://kherrata.blog4ever.com
Olfa
Esthète


Féminin
Age : 50
Localisation : Algérie
Humeur : Bonne

Réputation : 38
Inscrit le : 03/04/2011

MessageSujet: Re: Histoires & récits   Jeu 26 Mai - 20:03

Tu seras un Homme mon fils
Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou, perdre d'un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir;

Si tu peux être amant sans être fou d'amour,
Si tu peux être fort sans cesser d'être tendre
Et, te sentant haï sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre;

Si tu peux supporter d'entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d'entendre mentir sur toi leur bouche folle,
Sans mentir toi-même d'un seul mot;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère
Sans qu'aucun d'eux soit tout pour toi;

Si tu sais méditer, observer et connaître
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur;
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser sans n'être qu'un penseur;

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage
Sans être moral ni pédant;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,

Alors, les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire,

Tu seras un Homme, mon fils.


Ce poème qui magnifie l'enfance et exalte l'autonomie et la droiture est suivi des lettres qu'échangèrent Kipling et son fils John alors que ce dernier était au front en 1915. Il y trouva la mort quelques semaines avant ses dix-huit ans. L'ensemble exprime avec une grande émotion les espoirs, l'inquiétude et finalement l'impuissance d'un père vis-à-vis de son fils.
Hommage à Kipling qui a écrit ce poème et à André Maurois qui l'a traduit en français!

Ce poème m'a beaucoup aidé à surmonter de dures épreuves depuis que je l'ai connu! Je le recommande souvent aux désespérés pour faire face aux affres de leur quotidien!
Tiré de "Tu seras un homme mon fils" suivi de "Lettres à son fils" de Rudyard Kipling, éditions mille et une nuits, ISBN 2-84205-332-X


Revenir en haut Aller en bas
Olfa
Esthète


Féminin
Age : 50
Localisation : Algérie
Humeur : Bonne

Réputation : 38
Inscrit le : 03/04/2011

MessageSujet: Re: Histoires & récits   Jeu 26 Mai - 20:07

L'importance d'une mère

Jai trouvé cette histoire très émouvante et la
moralité qui l'accompagne l'est d'autant
plus.

STP lis ce message jusqu'à la fin

J'ai commencé à sortir avec une femme… autre que ma
femme !

Après 21 ans de mariage, j'ai commencé à trouver une
nouvelle lueur d'amour.

Depuis un moment j'ai commencé à sortir avec une
femme autre que ma femme et… c'était l'idée de
ma femme qui m'a dit un jour : « Je sais très bien
combien tu l'aimes ! »

La femme avec qui ma femme voulait que je sorte, était…
ma mère… qui est devenue veuve depuis 19 ans mais…à
cause des activités de la vie courante, mes trois enfants
et d'autres responsabilités, je ne lui rendais visite
que rarement.

Un jour je l'ai contacté et je l'ai invité à dîner…
elle me demanda : « tu vas bien ? ». Elle
n'était pas habituée à recevoir des appels de ma part
à cette heure-ci.

Elle s'est inquiétée mais je l'ai rassurée : «
Oui je vais très très bien mais je voulais passer un
moment avec toi maman ».

« Nous deux, seuls ? » demanda t-elle ; elle a réfléchi
un peu puis elle répondit : « Oui j'aime bien cela !
»

Jeudi, après le travail, je suis passé chez elle pour la
prendre… j'avais un peu le trac…

En arrivant chez elle je l'ai trouvée aussi
perturbée. Elle m'attendait devant la porte… dans une
belle robe !

Il semble que c'était la dernière robe que mon père
lui avait achetée… avant sa mort.

Avec un sourire angélique, maman me dit : « J'ai dit
à tout le monde qu'aujourd'hui je vais sortir avec
mon fils. Ils sont tous contents et ils attendent
impatiemment ce que je vais leur raconter à mon retour. »

Nous sommes allés à un restaurant exceptionnel, calme et
magnifique…ma mère tenait mon bras comme si elle était
La Première Dame.

Nous étions assis, j'ai commencé à lire le menu
car elle ne pouvait lire que l'écriture large.

Tandis que je lisais, elle me contemplait avec un large
sourire sur ses lèvres ridées… elle m'a dit :
« C'étais moi qui lisais pour toi quand tu étais petit»

Je répondis : « Le moment est venu pour te rendre un peu
de ce que tu as fait pour moi. Ne te déranges donc pas
maman »

On a beaucoup discuté pendant le dîner. Rien
d'inhabituel mais… c'était de vielles histoires
et de nouvelles…

Sans nous rendre compte, le temps s'est écoulé et
nous n'avons pas remarqué que minuit fût passé.

A notre retour, devant sa porte elle me dit : « Je suis
d'accord pour une autre sortie, mais cette fois-ci, ce
sera moi qui vais payer! »… j'ai embrassé sa main et
je l'ai saluée.

Quelques jours plus tard maman est décédée d'une
crise cardiaque… cela s'est produit si vite que je
n'avais pas eu le temps de lui faire quoi que ce soit.

Quelques jours après, j'ai reçu une lettre postée de
la part du restaurant dans lequel nous avions eu ce
dîné… avec une remarque écrite de sa propre main me
disant : « J'ai payé d'avance car je savais que je
ne serais pas là… l'essentiel, le repas est payé
pour deux personnes, toi et ta femme. Tu ne pourras savoir
l'importance de cette nuit pour moi …. je t'aime
mon fils ! »

A ce moment là j'ai vraiment compris ce que signifie
le mot « aimer » et… « je t'aime » et ce que
signifie l'expression de cet amour pour l'autre..

Rien de plus important que les parents, surtout la mère…
donne leur le temps qu'ils méritent.

Ceci est un droit Divin et leur propre droit et cela ne
peut être reporté.
------------ -----


Après la lecture de cette histoire, je me suis rappelé
l'histoire de celui qui demanda à Abdallah ibn Omar
: « Ma mère est très âgée et ne peut plus bouger.
Elle dépend complètement de moi. Je la porte partout même
pour aller faire ses besoins et parfois elle ne peut se
retenir et fait ses besoins sur moi alors que je suis en
train de la porter ; Penses-tu que j'ai payé ma dette
envers elle ? »

Abdallah ibn Omar lui répondit : « tu n'as même pas
payé une seule des contractions quand elle t'a mis au
monde ! Car elle fait cela et tu lui souhaites la mort
pour te délasser, alors que, quand tu le faisais tu
étais petit et elle te souhaitait la vie »

• * * * Envoies la à toute personne ayant au moins un
de ses parents en vie. * * *


Je souhaite être la cause pour que certains qui la liront
changeront leur comportement envers leurs parents.

Khalîd Al-'Asîrî a dit : « Nous sommes tous
convaincu de la venue de la mort, mais nous ne voyons
personne s'y préparer. Nous sommes tous convaincu de
l'existence du Paradis, mais nous ne voyons personne
œuvrer pour cela. Nous sommes tous convaincu de
l'existence de l'Enfer, mais nous ne voyons personne
le craindre. Jusqu'où pensez-vous vous élever ? Quels
espoirs attendez-vous ? La mort ? Elle est le premier
annonciateur de votre Seigneur, en bien ou en mal.


Revenir en haut Aller en bas
Olfa
Esthète


Féminin
Age : 50
Localisation : Algérie
Humeur : Bonne

Réputation : 38
Inscrit le : 03/04/2011

MessageSujet: Re: Histoires & récits   Jeu 26 Mai - 20:10

l'Amour est aveugle et la Folie l'accompagne toujours.
Un jour, la Folie décida d'inviter ses amis pour prendre un café chez elle.

Tous les invités y allèrent et après le café la Folie proposa :

- On joue à cache-cache ?

- Cache-cache ? C'est quoi ça ? demanda la Curiosité. - Cache-cache est un jeu, je compte jusqu'à cent et vous vous cachez.

Quand j'ai fini de compter, je cherche, et le premier que je trouve sera le prochain à compter.

Tous acceptèrent, sauf la Peur et la Paresse.


- 1, 2, 3,... la Folie commença à compter.

L'Empressement se cacha le premier, n'importe où.

La Timidité, timide comme toujours, se cacha dans une touffe d'arbre. La Joie courut au milieu du jardin.

La Tristesse commença à pleurer, car elle ne trouvait pas d'endroit approprié pour se cacher.

L'Envie accompagna le Triomphe et se cacha près de lui derrière un rocher.

La Folie continuait de compter tandis que ses amis se cachaient.

Le Désespoir était désespéré en voyant que la Folie était déjà à 99.

- CENT ! cria la Folie, je vais
commencer à chercher...


La première à être trouvée fut la Curiosité, car elle n'avait pu s'empêcher de sortir de sa cachette pour voir qui serait le premier découvert.

En regardant sur le côté, la Folie vit le Doute au-dessus d'une clôture ne sachant pas de quel côté il serait mieux caché.


Et ainsi, elle découvrit la Joie, la Tristesse, la Timidité...

Quand ils furent tous réunis, la Curiosité demanda :

- Où est l'Amour ?

Mais personne ne l'avait vu.


La Folie commença à le chercher.

Elle chercha au-dessus d'une montagne, dans les rivières au pied des rochers...

Mais elle ne trouvait pas l'Amour.

Cherchant de tous côtés, la Folie vit un rosier, pris un bout de bois et commença à chercher parmi les branches, lorsque soudain elle entendit un cri. C'était l'Amour qui criait parce qu'une épine lui avait crevé un œil.
La Folie ne savait pas quoi faire.

Elle s'excusa, implora l'Amour pour avoir son pardon et alla jusqu'à lui promettre de le suivre pour toujours.
L'Amour accepta ses excuses, et aujourd'hui...

...l'Amour est aveugle et la Folie l'accompagne toujours.

Revenir en haut Aller en bas
Olfa
Esthète


Féminin
Age : 50
Localisation : Algérie
Humeur : Bonne

Réputation : 38
Inscrit le : 03/04/2011

MessageSujet: Re: Histoires & récits   Jeu 26 Mai - 20:20

Les pleurs du désert
Un missionnaire, arrivant à Marrakech, décida qu'il irait tous les matins se promener dans le désert qui se trouvait aux limites de la ville. Lors de sa première promenade, il remarqua un homme couché dans le sable, d’une main caressant le sol, l’oreille collée à la terre.
"C'est un fou», se dit-il.
Mais la scène se répéta tous les jours et, au bout d'un mois, intrigué par ce comportement étrange, il décida de s'adresser à l'étranger.
Il s'agenouilla à côté de lui et, avec une grande difficulté -il ne parlait pas encore l'arabe couramment -, lui demanda:
"Que faites-vous?
-Je tiens compagnie au désert, et je le console de sa solitude et de ses larmes.
-Je ne savais pas que le désert pouvait pleurer.
-Il pleure tous les jours, car il rêve de se rendre utile à l'homme et de se transformer en un immense jardin, où l'on pourrait cultiver des céréales et des fleurs, et élever des moutons.
-Alors, dites au désert qu'il accomplit bien sa mission, déclara le missionnaire. Chaque fois que je marche ici, je comprends la vraie dimension de l'être humain, car son espace ouvert me permet de voir comme nous sommes petits devant Dieu.

"Quand je regarde ses sables, j’imagine les millions de personnes qui sont nées égales, même si le monde n'est pas toujours juste avec tous. Ses montagnes m'aident à méditer. Quand je vois le soleil se lever à l'horizon, mon âme s'emplit de joie, et je m'approche du Créateur."

Le missionnaire quitta l'homme et retourna à ses occupations quotidiennes. Quelle ne fut pas sa surprise, le lendemain matin, quand il le trouva au même endroit, et dans la même position.


Avez-vous rapporté au désert tout ce que je vous avais dit?" demanda-t-il.
L'homme acquiesça de la tête.
"Et cependant il continue à pleurer?
-J'entends chacun de ses sanglots. Maintenant il pleure parce qu'il a pensé durant des milliers d'années
qu'il était totalement inutile, et qu'il a perdu tout ce temps à blasphémer contre Dieu et son destin.
-Alors dites-lui que l'être humain, même si sa vie est beaucoup plus courte, passe aussi beaucoup de temps à penser qu'il est inutile. Il découvre rarement la raison de son destin, et il croit que Dieu a été injuste envers lui. Quand arrive enfin le moment où un événement lui montre pourquoi il est né, il pense qu'il est trop tard pour changer de vie, et il continue à souffrir. Et comme le désert, il se reproche le temps perdu.
-Je ne sais pas si le désert entendra, dit l'homme. Il est habitué à la douleur, et il ne peut pas voir les choses autrement.
-Alors nous allons faire ce que je fais toujours quand je sens que les gens ont perdu l'espoir. Nous allons prier."

Tous deux se mirent à genoux et prièrent; l’un se tourna vers La Mecque parce qu'il était musulman, l’autre joignit les mains en prière, parce qu'il était catholique. Ils prièrent chacun son Dieu, bien que l'on persiste à lui donner des noms différents.
Le lendemain, quand le missionnaire reprit sa promenade matinale, l’homme n'était plus là. A l'endroit où il avait coutume d'embrasser le sable, le sol semblait humide, car une petite source était apparue.
Dans les mois qui suivirent, cette source grandit, et les habitants de la ville construisirent un puits autour.

Les Bédouins appellent l'endroit le "Puits des larmes du désert». Celui qui boira de son eau, disent-ils, saura faire de la cause de sa souffrance un motif de joie et
finira par trouver son vrai destin.

Ne peux m'empêcher d'ajouter ce mot de Khalil Gibran
en exergue à si belle histoire:

"Plus profondément le chagrin creusera votre être, plus vous pourrez contenir de joie."
C'est simplement vrai!!

Je vous ai transcrit un des textes du livre de Paulo Coelho "Comme le fleuve qui coule" pages 173 à 175.



Revenir en haut Aller en bas
Olfa
Esthète


Féminin
Age : 50
Localisation : Algérie
Humeur : Bonne

Réputation : 38
Inscrit le : 03/04/2011

MessageSujet: Re: Histoires & récits   Jeu 26 Mai - 20:22

Une femme se promène sur une plage et bute sur une vieille lampe. Elle se penche pour la prendre, la frotte et paf, un génie apparaît.

La femme, étonnée, lui demande alors si elle pourra faire les trois vœux classiques
- Non, répond le génie, accorder trois vœux, ces temps-ci, c'est très, très difficile ; il y a la crise financière, le chômage qui n'arrête pas de croître, les salaires minables, la situation politique, le prix élevé du pétrole; donc, tout ce que je pourrai concéder, ce sera un seul et unique voeu. Alors dis-moi, que désires-tu ?
La femme répond :
- La paix au Moyen Orient.
- Quoi ? dit le génie, ébahi.
- Tu vois cette carte, dit la femme, bon, ben je veux que dans ce pays-là, les gens arrêtent de se taper dessus à tout bout de champ.
Le génie regarde la carte et dit :
- Mais ça fait des lustres qu'il y a la guerre là-bas. Je fais du bon boulot, mais quand même... Pas bon au point de pouvoir exaucer ce genre de vœu. Demande-moi quelque chose de plus simple.
La femme réfléchit un instant et déclare :
- D'accord ! Pour être honnête, je n'ai jamais réussi à trouver l'homme idéal.. Alors je veux un homme qui soit beau, fort, cultivé, intelligent, attentionné et drôle, qui aime cuisiner et faire le ménage, qui soit une bête au lit, qui s'entende avec ma famille, qui ne passe pas toute la journée à regarder du sport à la télé et qui me soit fidèle à vie.


Le génie laisse échapper un profond soupir :
- Allez, redonne-moi cette dignité de carte du Moyen Orient.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Histoires & récits   Jeu 26 Mai - 22:23

Les Femmes et le Secret

Rien ne pèse tant qu'un secret
Le porter loin est difficile aux Dames :
Et je sais même sur ce fait
Bon nombre d'hommes qui sont femmes.
Pour éprouver la sienne un mari s'écria
La nuit étant près d'elle : O dieux ! qu'est-ce cela ?
Je n'en puis plus ; on me déchire ;
Quoi j'accouche d'un oeuf ! - D'un oeuf ? - Oui, le voilà
Frais et nouveau pondu. Gardez bien de le dire :
On m'appellerait poule. Enfin n'en parlez pas.
La femme neuve sur ce cas,
Ainsi que sur mainte autre affaire,
Crut la chose, et promit ses grands dieux de se taire.
Mais ce serment s'évanouit
Avec les ombres de la nuit.
L'épouse indiscrète et peu fine,
Sort du lit quand le jour fut à peine levé :
Et de courir chez sa voisine.
Ma commère, dit-elle, un cas est arrivé :
N'en dites rien surtout, car vous me feriez battre.
Mon mari vient de pondre un oeuf gros comme quatre.
Au nom de Dieu gardez-vous bien
D'aller publier ce mystère.
- Vous moquez-vous ? dit l'autre : Ah ! vous ne savez guère
Quelle je suis. Allez, ne craignez rien.
La femme du pondeur s'en retourne chez elle.
L'autre grille déjà de conter la nouvelle :
Elle va la répandre en plus de dix endroits.
Au lieu d'un oeuf elle en dit trois.
Ce n'est pas encore tout, car une autre commère
En dit quatre, et raconte à l'oreille le fait,
Précaution peu nécessaire,
Car ce n'était plus un secret.
Comme le nombre d'oeufs, grâce à la renommée,
De bouche en bouche allait croissant,
Avant la fin de la journée
Ils se montaient à plus d'un cent.

Jean de la Fontaine
Revenir en haut Aller en bas
Olfa
Esthète


Féminin
Age : 50
Localisation : Algérie
Humeur : Bonne

Réputation : 38
Inscrit le : 03/04/2011

MessageSujet: Si Personne ne voit .. Dieu Voit Tout !   Dim 12 Juin - 20:40

Monsieur Hassan avait trois fils, Najim, Imad, Sofian. il les aimait beaucoup et voulait les voir grandir en bons musulmans.

Lui même est un bon musulman. Il faisait de son mieux pour obeir a tous les commandements d'Allah.

Un jour Monsieur Hassan pensa qu'il devait mettre ses fils a l'épreuve. Il donna a chacun quelques bonbons et leur dit: Mangez ces bonbons dans un endroit ou personne ne pourra vous voir ni la voisine, ni votre mere, Personne. Quand vous aurez fini revenez me voir.

Najim prit ses bonbons et se réfugia dans sa chambre sous son lit. Il mangea les bonbons personne etait dans la piece meme pas une fourmi Najim etait heureux personne ne l'avait vu.

Imad lui se dirigea vers la cave de la maison ou il etait sur de ne trouver personne. Il avait raison personne n'etait dans la piece a part lui. Il mangea donc les bonbons dans l'obscurité de la piece.

Sofian lui pensa longuement a un endroit ou il pourrait manger ses bonbons sans que personne ne le voit mais il reparti vers sont pere sans manger les bonbons.

Imad et Najim revinrent aussi vers leur pere. Chacun racontèrent se qu'il avait fait.Sofian donna les bonbons a son pere et lui dit:

"Il n'y a aucun endroit ou Allah ne sache pas se qui se passe donc je n'est pas entamé les bonbons."


Monsieur Hassan fut trés satisfait de Sofian. Il dit a Imad et Najim de tiré une lecon de l'attitude de leur frere Sofian.
Il ajouta "Mes chers fils garder toujours en tete qu'Allah connait tout et qu'il voit tout. Il est avec nous tout le temps. Donc nous ne devons commettre aucun acte mauvais meme en secret.



Revenir en haut Aller en bas
Lem
Esthète


Masculin
Age : 70
Localisation : Algérie
Humeur : Être gai et rire... c'est guérir !

Réputation : 53
Inscrit le : 13/01/2011

MessageSujet: Re: Histoires & récits   Dim 12 Juin - 21:34

Merci Olfa pour cette morale édifiante.
Dans le Saint Coran, Dieu dit qu'il est au courant de nos plus infimes pensées. Le jour du jugement dernier, notre vie se déroulera comme un film car tous nos actes, toutes nos réflexions sont minutieusement enregistrées. La caméra divine tourne sans arrêt. Avant de dormir et devant la glace on doit toujours faire son examen de conscience. A(d)min.
Revenir en haut Aller en bas
http://kherrata.blog4ever.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoires & récits   Aujourd'hui à 3:17

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoires & récits
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IQBAL : Pour un monde heureux et solidaire de valeurs et d'esthétique :: CULTURE :: SPIRITUALITE / PHILOSOPHIE / SOCIETE-
Sauter vers: