IQBAL : Pour un monde heureux et solidaire de valeurs et d'esthétique
Vous êtes bien sur Iqbal le Forum à coeur ouvert.
Bienvenus chez vous !



 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Sondage
Quel est le meilleur écrivain algérien ?
 Mohammed Dib
 Malek Haddad
 Kateb Yacine
 Mouloud Mammeri
 Mouloud Feraoun
 Assia Djebbar
 Tahar Ouettar
 Abdelhamid Benhadouga
 Rachid Boudjedra
 Rachid Mimouni
 Yasmina Khadra
 Maissa Bey
 Ahlem Mosteghanemi
Voir les résultats


Les visiteurs d’Iqbal
relations
 

Partagez | 
 

 Un poème car à tout il faut un commencement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13 ... 16 ... 21  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Jeu 26 Aoû - 12:55

Un poème que j'ai appris à l'école primaire, dans une Algérie, celle des années 70, dont les citoyens ne faisaient pas manger de l'âne aux gens.

J’aime l’âne… (Francis Jammes)

J’aime l’âne si doux
marchant le long des houx.

Il prend garde aux abeilles
et bouge ses oreilles;

et il porte les pauvres
et des sacs remplis d’orge.

Il va, près des fossés,
d’un petit pas cassé.

Mon amie le croit bête
parce qu’il est poète.

Il réfléchit toujours.
Ses yeux sont en velours.

Jeune fille au doux cœur,
tu n’as pas sa douceur:

car il est devant Dieu
l’âne doux du ciel bleu.

Et il reste à l’étable,
fatigué, misérable,

ayant bien fatigué
ses pauvres petits pieds.

Il a fait son devoir
du matin jusqu’au soir.

Qu’as-tu fait jeune fille?
Tu as tiré l’aiguille…

Mais l’âne s’est blessé :
la mouche l’a piqué.

Il a tant travaillé
que ça vous fait pitié.

Qu’as-tu mangé petite?
— T’as mangé des cerises.

L’âne n’a pas eu d’orge,
car le maître est trop pauvre.

Il a sucé la corde,
puis a dormi dans l’ombre…

La corde de ton cœur
n’a pas cette douceur.

Il est l’âne si doux
marchant le long des houx.

J’ai le cœur ulcéré:
ce mot-là te plairait.

Dis-moi donc, ma chérie,
si je pleure ou je ris?

Va trouver le vieil âne,
et dis-lui que mon âme

est sur les grands chemins,
comme lui le matin.

Demande-lui, chérie,
si je pleure ou je ris?

Je doute qu’il réponde:
il marchera dans l’ombre,

crevé par la douceur,
sur le chemin en fleurs.

(Francis Jammes)



________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Admin
Admin
avatar

Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mer 15 Sep - 11:46

Encore frissonnant...
par Jules Supervielle

Encore frissonnant
Sous la peau des ténèbres
Tous les matins je dois
Recomposer un homme
Avec tout ce mélange
De mes jours précédents
Et le peu qui me reste
De mes jours à venir.
Me voici tout entier,
Je vais vers la fenêtre.
Lumière de ce jour,
Je viens du fond des temps,
Respecte avec douceur
Mes minutes obscures,
Epargne encore un peu
Ce que j’ai de nocturne,
D’étoilé en dedans
Et de prêt à mourir
Sous le soleil montant
Qui ne sait que grandir.


________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mer 15 Sep - 11:54

Parfois, il est necessaire de faire ressortir au jour ces minutes obscure !!
sinon on mourra !
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Jeu 16 Sep - 11:49

Le désespoir est assis sur un banc
de Jacques Prévert

Dans un square sur un banc
Il y a un homme qui vous appelle quand on passe
Il a des binocles un vieux costumes gris
Il fume un petit ninas il est assis
Et il vous appelle quand on passe
Ou simplement il vous fait signe
Il ne faut pas le regarder
Il ne faut pas l'écouter
Il faut passer
Faire comme si on ne le voyais pas
Comme si on ne l'entendais pas
Il faut passer presser le pas
Si vous le regardez
Si vous l'écoutez
Il vous fait signe et rien ni personne
Ne peut vous empêcher d'aller vous asseoir près de lui
Alors il vous regarde et sourit
Et vous souffrez atrocement
Et l'homme continue de sourire
Et vous souriez du même sourire
Exactement
Plus vous souriez plus vous souffrez
Atrocement
Plus vous souffrez plus vous souriez
Irrémédiablement
Et vous restez là
Assis figé
Souriant sur le banc
Des enfants jouent tout près de vous
Des passants passent
Tranquillement
Des oiseaux s'envolent
Quittant un arbre
Pour un autre
Et vous restez là
Sur le banc
Et vous savez vous savez
Que jamais plus vous ne jouerez
Comme ces enfants
Vous savez que jamais plus vous ne passerez
Tranquillement
Comme ces passants
Que jamais plus vous ne vous envolerez
Quittant un arbre pour un autre
Comme ces oiseaux
.

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Jeu 16 Sep - 12:06

Compte sur ta vie.
Si, tu verras, ton cœur et ton corps réchauffés
Vibreront encore en toi, mon ange déçu.
Non, en effet, la vie n'est pas un conte de fée,
Mais si ton âme y croit, elle aura le dessus.

Apprends le temps, du matin sois l'ami,
Aime aussi le silence, ne crains pas trop la nuit,
Poursuis de ton feu ce fauve espoir si blessé,
Ta foi, ta raison, n'auront plus qu'à le panser.

Avant de pouvoir enfin le rendre sage,
Tu devras patiemment le veiller, le nourrir,
Car il préfère, pas si féroce ni sauvage,
Se voir apprivoisé plutôt que de mourir.

Se sentir en prison nous aide à mieux rêver,
Ouvrir ses ailes sans savoir pour autant voler,
Voir que La vie est belle, un peu moins par moment…
Qui dit que c'est si beau : magie et firmament ?
Revenir en haut Aller en bas
Moula
Fée
avatar

Féminin
Age : 31
Localisation : Alger
Qualité : Modératrice
Réputation : 70
Inscrit le : 22/12/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Jeu 16 Sep - 13:29

Il n'y a pas d'amour heureux de Louis Aragon

Rien n'est jamais acquis à l'homme, ni sa force
Ni sa faiblesse, ni son coeur. Et quand il croit
Ouvrir ses bras, son ombre est celle d'une croix
Et quand il croit serrer son bonheur, il le broie
Sa vie est un étrange et douloureux divorce
Il n'y a pas d'amour heureux

Sa vie, elle ressemble à ces soldats sans armes
Qu'on avait habillés pour un autre destin
A quoi peut leur servir de se lever matin
Eux qui 'on retrouve au soir désoeuvrés incertains
Dites ces mots " Ma vie " et retenez vos larmes
Il n'y a pas d'amour heureux

Mon bel amour, mon cher amour, ma déchirure
Je te porte dans moi comme un oiseau blessé
Et ceux-là sans savoir nous regardent passer
Répétant après moi les mots que j'ai tressés
Et qui, pour tes grands yeux, tout aussitôt moururent
Il n'y a pas d'amour heureux.

Le temps d'apprendre à vivre il est déjà trop tard
Que pleurent dans la nuit nos coeurs à l'unisson
Ce qu'il faut de malheur pour la moindre chanson
Ce qu'il faut de regrets pour payer un frisson
Ce qu'il faut de sanglots pour un air de guitare
Il n'y a pas d'amour heureux

Il n'y a pas d'amour qui ne soit à douleur
Il n'y a pas d'amour dont on ne soit meurtri
Il n'y a pas d'amour dont on ne soit flétri
Et pas plus que de toi l'amour de la patrie
Il n'y a pas d'amour qui ne vive de pleurs

Il n'y a pas d'amour heureux
Mais c'est notre amour à tous deux

________________________________________________________________________

Le sage peut, sans faillir, changer de positions avec les saisons
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Lun 20 Sep - 0:23

Las de l'amer...

Par Stéphane MALLARME

Las de l'amer repos où ma paresse offense
Une gloire pour qui jadis j'ai fui l'enfance
Adorable des bois de roses sous l'azur
Naturel, et plus las sept fois du pacte dur
De creuser par veillée une fosse nouvelle
Dans le terrain avare et froid de ma cervelle,
Fossoyeur sans pitié pour la stérilité,
- Que dire à cette Aurore, ô Rêves, visité
Par les roses, quand, peur de ses roses livides,
Le vaste cimetière unira les trous vides ? -
Je veux délaisser l'Art vorace d'un pays
Cruel, et, souriant aux reproches vieillis
Que me font mes amis, le passé, le génie,
Et ma lampe qui sait pourtant mon agonie,
Imiter le Chinois au coeur limpide et fin
De qui l'extase pure est de peindre la fin
Sur ses tasses de neige à la lune ravie
D'une bizarre fleur qui parfume sa vie
Transparente, la fleur qu'il a sentie, enfant,
Au filigrane bleu de l'âme se greffant.
Et, la mort telle avec le seul rêve du sage,
Serein, je vais choisir un jeune paysage
Que je peindrais encor sur les tasses, distrait.
Une ligne d'azur mince et pâle serait
Un lac, parmi le ciel de porcelaine nue,
Un clair croissant perdu par une blanche nue
Trempe sa corne calme en la glace des eaux,
Non loin de trois grands cils d'émeraude, roseaux.

Stéphane MALLARME

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Admin
Admin
avatar

Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mar 19 Oct - 11:05

JACQUES PREVERT / LE PORTRAIT D'UN OISEAU

Peindre d'abord une cage avec une porte ouverte,
Peindre ensuite quelque chose de joli, de simple et de beau,
Placer ensuite la toile contre un arbre ou dans un jardin.

Se cacher derrière l'arbre, silencieusement sans bouger...
Parfois l'oiseau arrive vite, ou bien des années après,
Ne pas se décourager : attendre.

Si l'oiseau arrive, attendre que l'oiseau pénètre dans sa cage,
fermer alors tout doucement la porte avec le pinceau,
Puis effacer un à un tous les barreaux... Peindre ensuite le
vert feuillage, la fraîcheur du vent, la poussière du soleil,
le bruit des bêtes, de l'herbe dans la chaleur de l'été.

Si l'oiseau chante c'est bon signe, vous pouvez alors signer le
tableau en arrachant tout doucement une des plumes de l'oiseau
et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau.

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Moula
Fée
avatar

Féminin
Age : 31
Localisation : Alger
Qualité : Modératrice
Réputation : 70
Inscrit le : 22/12/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Jeu 21 Oct - 11:34

A la femme aimée - Renée Vivien

Lorsque tu vins, à pas réfléchis, dans la brume,
Le ciel mêlait aux ors le cristal et l'airain.
Ton corps se devinait, ondoiement incertain,
Plus souple que la vague et plus frais que l'écume.
Le soir d'été semblait un rêve oriental
De rose et de santal.

Je tremblais. De longs lys religieux et blêmes
Se mouraient dans tes mains, comme des cierges froids.
Leurs parfums expirants s'échappaient de tes doigts
En le souffle pâmé des angoisses suprêmes.
De tes clairs vêtements s'exhalaient tour à tour
L'agonie et l'amour.

Je sentis frissonner sur mes lèvres muettes
La douceur et l'effroi de ton premier baiser.
Sous tes pas, j'entendis les lyres se briser
En criant vers le ciel l'ennui fier des poètes
Parmi des flots de sons languissamment décrus,
Blonde, tu m'apparus.

Et l'esprit assoiffé d'éternel, d'impossible,
D'infini, je voulus moduler largement
Un hymne de magie et d'émerveillement.
Mais la strophe monta bégayante et pénible,
Reflet naïf, écho puéril, vol heurté,
Vers ta Divinité.

________________________________________________________________________

Le sage peut, sans faillir, changer de positions avec les saisons
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mer 27 Oct - 0:14

Louis Aragon
J'arrive où je suis étranger

Rien n'est précaire comme vivre
Rien comme être n'est passager
C'est un peu fondre comme le givre
Et pour le vent être léger
J'arrive où je suis étranger
Un jour tu passes la frontière
D'où viens-tu mais où vas-tu donc
Demain qu'importe et qu'importe hier
Le coeur change avec le chardon
Tout est sans rime ni pardon
Passe ton doigt là sur ta tempe
Touche l'enfance de tes yeux
Mieux vaut laisser basses les lampes
La nuit plus longtemps nous va mieux
C'est le grand jour qui se fait vieux
Les arbres sont beaux en automne
Mais l'enfant qu'est-il devenu
Je me regarde et je m'étonne
De ce voyageur inconnu
De son visage et ses pieds nus
Peu a peu tu te fais silence
Mais pas assez vite pourtant
Pour ne sentir ta dissemblance
Et sur le toi-même d'antan
Tomber la poussière du temps
C'est long vieillir au bout du compte
Le sable en fuit entre nos doigts
C'est comme une eau froide qui monte
C'est comme une honte qui croît
Un cuir à crier qu'on corroie
C'est long d'être un homme une chose
C'est long de renoncer à tout
Et sens-tu les métamorphoses
Qui se font au-dedans de nous
Lentement plier nos genoux
O mer amère ô mer profonde
Quelle est l'heure de tes marées
Combien faut-il d'années-secondes
A l'homme pour l'homme abjurer
Pourquoi pourquoi ces simagrées
Rien n'est précaire comme vivre
Rien comme être n'est passager
C'est un peu fondre comme le givre
Et pour le vent être léger
J'arrive où je suis étranger

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Admin
Admin
avatar

Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mer 3 Nov - 10:32

Une traduction en arabe du célèbre poème de Rimbaud "Le dormeur du val" :

إنها كوة من الخُضرة يشدو فيها

وادٍ يعلق بهياج على الحشائش ْ

سرابيلَ من فضة؛ تلمع فيها الشمس من الجبل المزهوْ ،ْ

هُوْ: وادٍ صغيرٌ يُرْغي بالأشعه .

.

جندي شاب،فاغرٌ فاه، حاسرُ الرأس ِ،

تسبح رقبته في الغثاء الطريّ الأزرقِ ِ ،

ينام؛ وقد تمدد على الحشائش مغطىً بالسحابة،

شاحب ٌ في سريره الأخضر الذي يهطل عليه الضياءْ.

.

قدماه في دلابيث الماء، ينام .و يبتسم كما،

كان يبتسم طفل عليل يغفو،

ياطبيعة ُ، هدهديه بحرارة:إنه يشعر بالبردِ!

.

لم تعد الأطايب تهز أنفهُ،

ينام في الشمسِ ِ، ويده على صدرهِ،

هادئاً. له ثقبان أحمران في جانبه الأيمن ًْ

*

ترجمة:محمد الإحسايني

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Admin
Admin
avatar

Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Ven 5 Nov - 22:18

Nuit
de Victor Hugo

Le ciel d'étain au ciel de cuivre
Succède. La nuit fait un pas.
Les choses de l'ombre vont vivre.
Les arbres se parlent tout bas.

Le vent, soufflant des empyrées,
Fait frissonner dans l'onde, où luit
Le drap d'or des claires soirées,
Les sombres moires de la nuit.

Puis la nuit fait un pas encore.
Tout à l'heure, tout écoutait.
Maintenant nul bruit n'ose éclore ;
Tout s'enfuit, se cache et se tait.

Tout ce qui vit, existe ou pense,
Regarde avec anxiété
S'avancer ce sombre silence
Dans cette sombre immensité.

C'est l'heure où toute créature
Sent distinctement dans les cieux,
Dans la grande étendue obscure,
Le grand Être mystérieux !

Victor Hugo

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Admin
Admin
avatar

Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Dim 14 Nov - 18:58

La canción desesperada
Par Pablo Neruda
Une chanson désespérée

Ton souvenir surgit de la nuit où je suis.
La rivière à la mer noue sa plainte obstinée.


Abandonné comme les quais dans le matin.
C'est l'heure de partir, ô toi l'abandonné!


Des corolles tombant, pluie froide sur mon coeur.
Ô sentine de décombres, grotte féroce au naufragé!


En toi se sont accumulés avec les guerres les envols.
Les oiseaux de mon chant de toi prirent essor.


Tu as tout englouti, comme fait le lointain.
Comme la mer, comme le temps. Et tout en toi fut un naufrage!


De l'assaut, du baiser c'était l'heure joyeuse.
lueur de la stupeur qui brûlait comme un phare.


Anxiété de pilote et furie de plongeur aveugle,
trouble ivresse d'amour, tout en toi fut naufrage!


Mon âme ailée, blessée, dans l'enfance de brume.
Explorateur perdu, tout en toi fut naufrage!


Tu enlaças la douleur, tu t'accrochas au désir.
La tristesse te renversa et tout en toi fut un naufrage!


Mais j'ai fait reculer la muraille de l'ombre,
j'ai marché au-delà du désir et de l'acte.


Ô ma chair, chair de la femme aimée, de la femme perdue,
je t'évoque et je fais de toi un chant à l'heure humide.


Tu reçus l'infinie tendresse comme un vase,
et l'oubli infini te brisa comme un vase.


Dans la noire, la noire solitude des îles,
c'est là, femme d'amour, que tes bras m'accueillirent.


C'était la soif, la faim, et toi tu fus le fruit.
C'était le deuil, les ruines et tu fus le miracle.


Femme, femme, comment as-tu pu m'enfermer
dans la croix de tes bras, la terre de ton âme.


Mon désir de toi fut le plus terrible et le plus court,
le plus désordonné, ivre, tendu, avide.


Cimetière de baisers, dans tes tombes survit le feu,
et becquetée d'oiseaux la grappe brûle encore.


Ô la bouche mordue, ô les membres baisés,
ô les dents affamées, ô les corps enlacés.


Furieux accouplement de l'espoir et l'effort
qui nous noua tous deux et nous désespéra.


La tendresse, son eau, sa farine légère.
Et le mot commencé à peine sur les lèvres.


Ce fut là le destin où allait mon désir,
où mon désir tomba, tout en toi fut naufrage!


Ô sentine de décombres, tout est retombé sur toi,
toute la douleur tu l'as dite et toute la douleur t'étouffe.


De tombe en tombe encore tu brûlas et chantas.
Debout comme un marin à la proue d'un navire.


Et tu as fleuri dans des chants, tu t'es brisé dans des courants.
Ô sentine de décombres, puits ouvert de l'amertume.


Plongeur aveugle et pâle, infortuné frondeur,
explorateur perdu, tout en toi fut naufrage!


C'est l'heure de partir, c'est l'heure dure et froide
que la nuit toujours fixe à la suite des heures.


La mer fait aux rochers sa ceinture de bruit.
Froide l'étoile monte et noir l'oiseau émigre.


Abandonné comme les quais dans le matin.
Et seule dans mes mains se tord l'ombre tremblante.


Oui, bien plus loin que tout. Combien plus loin que tout.


C'est l'heure de partir. Ô toi l'abandonné.

Pablo NERUDA

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Lun 15 Nov - 1:07

c'est triste à mourir Sad
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Jeu 18 Nov - 14:33

Federico Garcia Lorca - extrait de Romancero gitan

Onde, où t'en vas-tu ?

Je m'écoule en riant
jusqu'au bord de la mer

Mer, où t'en vas-tu ?

Remontant le cours d'eau je cherche
la fontaine où me reposer.

Que fais-tu, toi, peuplier ?

Je ne veux rien te dire,
Je ne puis que trembler !

Où lancer mes désirs
par le fleuve et la mer ?

Federico Garcia Lorca

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Moula
Fée
avatar

Féminin
Age : 31
Localisation : Alger
Qualité : Modératrice
Réputation : 70
Inscrit le : 22/12/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Ven 26 Nov - 16:10

Le Foudroyé

Je suis tombé des cieux ardents de ma pensée,
Et je gis, faible et nu, sous la haine glacée
Du seuil où se brisa l’orgueil des chars de feu,
Comme, en l’horreur qui le protège,
Gît le cadavre foudroyé du sacrilège
Qu’ont jeté dans la nuit les vengeurs de leur Dieu.

J’ai voulu m’évader de moi-même, et connaître
La réalité pure et l’essence de l’être;
Et, partout, mon espoir obstiné s’est heurté
Aux formes mêmes de mon songe,
Me renvoyant, en perspectives de mensonge,
Mon spectre à l’infini par elles reflété.

L’illusion sensible en ses mailles m’enserre;
Je n’en ai pas rompu le réseau nécessaire,
Je n’ai pu rejeter, comme un triste linceul,
Sa trame subtile et tenace,
Qui, sur ma conscience, épaissît la menace
D’un monde aveugle où l’Homme à l’Homme apparaît seul.

Je suis vaincu: j’ai vu, de ténèbres chargée,
Se fermer sur mon front la nue interrogée;
Et l’Esprit, qui se lève en moi, fut impuissant
À dissiper l’ombre qui monte,
En tourbillons de vie instinctive et de honte,
De l’autel de mon coeur toujours rouge de sang.

Et là-bas, la terreur des arches défendues
Garde, sous la Nuit sainte aux ailes étendues,
Plus loin que mon rêve et plus haut que ma raison,
Aux confins sacrés du problème,
Malgré tout l’inconnu que je sens en moi-même,
Le secret interdit du suprême horizon.


Sébastien-Charles Leconte (1865-1934)

________________________________________________________________________

Le sage peut, sans faillir, changer de positions avec les saisons
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Ven 26 Nov - 22:56

Très beau poème, très fort, je ne le connaissais pas, merci Moula

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Invité
Invité



MessageSujet: Les mains d'Elsa de LOUIS Aragon   Jeu 2 Déc - 22:30

Salut toute l'équipe, voici un poème magnifique

Les mains d'Elsa

Donne-moi tes mains pour l'inquiétude
Donne-moi tes mains dont j'ai tant rêvé
Dont j'ai tant rêvé dans ma solitude
Donne-moi tes mains que je sois sauvé

Lorsque je les prends à mon pauvre piège
De paume et de peur de hâte et d'émoi
Lorsque je les prends comme une eau de neige
Qui fond de partout dans mes mains à moi

Sauras-tu jamais ce qui me traverse
Ce qui me bouleverse et qui m'envahit
Sauras-tu jamais ce qui me transperce
Ce que j'ai trahi quand j'ai tressailli

Ce que dit ainsi le profond langage
Ce parler muet de sens animaux
Sans bouche et sans yeux miroir sans image
Ce frémir d'aimer qui n'a pas de mots

Sauras-tu jamais ce que les doigts pensent
D'une proie entre eux un instant tenue
Sauras-tu jamais ce que leur silence
Un éclair aura connu d'inconnu

Donne-moi tes mains que mon cœur s'y forme
S'y taise le monde au moins un moment
Donne-moi tes mains que mon âme y dorme
Que mon âme y dorme éternellement.

Louis Aragon

Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Jeu 2 Déc - 22:39

Magnifique effectivement ! Merci Fialyne. Il y a aussi un beau poème sur les mains de Nizzar Qabani. Les poèmes sont des fleurs qui agrémentent le jardin des coeurs.

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Jeu 2 Déc - 23:20

Oui j'aime aussi Nizzar QABANI d'où les textes chantés par kadem esahir et Magda Erroumi que j'écoute souvent


Dernière édition par Fialyne le Jeu 2 Déc - 23:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Jeu 2 Déc - 23:36

Fialyne a écrit:
Oui j'aime aussi Nizzar QABANI d'où les textes chanté par kadem esahir et Magda Erroumi que j'écoute souvent

Smile

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Ven 3 Déc - 0:04

Merci pour le lien, j'ai jeté un oeil et je suis revenue te remercier de me permettre de le relire. I l faut dire que la poésie Arabe est très belle.Fort heureusement et grâce aux échanges via internet, le monde non arabe s'intéresse et veut connaitre.
J'ai essayé personnellement de présenter la chanson kalimet dont le texte est de Kebbani que j'ai traduit en Français, la chanson de oum kelthoum aussi, anta 3omri , un texte que j'ai essayé de poétiser quoique la beauté de la langue arabe reste inégale en poésie.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Ven 3 Déc - 0:09

De rien, le plaisir étant de t'avoir comme lectrice. Tu devrais nous proposer tes traductions, ces deux textes sont très beaux, même si l'interprétation de Majda Roumi et de Kaoukeb el Shark, leur servent de bel écrin. La poésie arabe, comme toute la culture arabe, a besoin d'ambassadeurs tels que toi pour mieux se faire connaitre.

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Ven 3 Déc - 0:46

Pardon, j'ai un souci de connexion.J'ai là sous la main ma traduction de ANTA 3OMRI DE OUM KALTHOUM :


C’est toi ma vie
Dans la lumière de tes yeux s’est défilé mon passé et j’ai regretté toute ma vie perdue dans les peines et les douleurs, des douleurs que nul ne peut ressentir l’ampleur

Et comment, comment croire que ce temps là fut mon temps, que ce temps là fut ma vie ?
Car aujourd’hui c’est dans la lumière de tes yeux que commence mon bonheur, dans cette profondeur que je sais ô combien j’ai perdu d’années de ma vie avant que tu ne me viennes mon amour,

ô combien j’ai perdu de temps dans les ténèbres, le cœur noyé dans l’amertume et la mélancolie et le voici plongé dans la joie, la joie immense d’être à toi, une joie jamais vécue qu’ au fond de tes yeux dans cette lueur.

Et ce n’est que maintenant que je commence à aimer, Oui j’aime, j’aime et je pleure le temps qui s’enfuira emportant toutes les joies que je couvais pour toi au fond de mon coeur
Tout l’amour de ma vie est dans ta lumière. Je suis une étincelle au fond de tes yeux, ta lumière, ô toi ma vie, toi mon cœur, toi si précieux, plus cher que ma vie.
Dis-moi, dis-moi pourquoi les rencontres se font-elles à l’automne d’une vie ? Pourquoi t’aimer au crépuscule d’une vie, d’un temps qui fuit et que rien ne peut arrêter ?
Tout ce que j’avais connu n’était qu’une multitude de ratures d’une vie vaine, sur une page froissée, du livre d’un destin perdu.


Et pourtant tu es là et c’est toi ma vie, c’est toi mon amour et dans tes yeux s’abrite la lumière où commencent mon matin, commence mon jour, commence ma nuit et tout l’amour et danse la magie d’un nous que mon cœur te réservait depuis si longtemps
Goûte, goûte à l’amour, goûte goutte à goutte jusqu’à la lie

Adapté de la chanson anta 3omri de Oum Kalthoum

Fialyne
Le 24/03/2008





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Ven 3 Déc - 1:03

Kalimet
Il me murmure quand il me fait danser
Des mots, qui ne sont pas comme tous les mots
Il me prend d'au-dessous de mes bras
Il me plante dans un des nuages
Et la pluie noire dans mes yeux
Avec lui, il me prend...il me prend
Pour une soirée de bal rose
Et moi comme une petite fille dans sa main
Comme une plume prise dans les airs
Il m'apporte sept lunes
Et un bouquet de chansons
Il m'offre un soleil... Il m'offre
Un été.... Et un escadron d'hirondelles
Il m'informe que je suis son chef d'œuvre
Et que je vaux des milliers d'étoiles
Et que je suis un trésor .... Et que je suis
Le plus beau tableau qu'il ait vu
Il raconte des choses qui m'étourdissent
Qui me font oublier le bal et les pas
Des mots qui bouleversent mon histoire
Qui me rendent une femme instantanément
Il me construit un palais de mirages
Que je n'habite que quelques instants
Et je reviens..... je reviens à ma table
Rien avec moi .....Sauf des mots.

http://www.youtube.com/watch?v=pbyDoJxeFjM

Là la traduction n'est pas parfaite
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un poème car à tout il faut un commencement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 12 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13 ... 16 ... 21  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IQBAL : Pour un monde heureux et solidaire de valeurs et d'esthétique :: ARTS et LETTRES :: LITTERATURE / Roman, poésie, essai-
Sauter vers: