IQBAL : Pour un monde heureux et solidaire de valeurs et d'esthétique
Vous êtes bien sur Iqbal le Forum à coeur ouvert.
Bienvenus chez vous !



 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Sondage
Quel est le meilleur écrivain algérien ?
 Mohammed Dib
 Malek Haddad
 Kateb Yacine
 Mouloud Mammeri
 Mouloud Feraoun
 Assia Djebbar
 Tahar Ouettar
 Abdelhamid Benhadouga
 Rachid Boudjedra
 Rachid Mimouni
 Yasmina Khadra
 Maissa Bey
 Ahlem Mosteghanemi
Voir les résultats


Les visiteurs d’Iqbal
relations
 

Partagez | 
 

 Un poème car à tout il faut un commencement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 12 ... 21  Suivant
AuteurMessage
Princesse
Esthète


Féminin
Localisation : Nomade
Réputation : 7
Inscrit le : 04/11/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Sam 22 Nov - 22:16

Apprendre à me connaître

Je ne vous demande pas de m’aimer,
Je ne vous demande pas de m’adorer…
Je veux juste que vous me compreniez,
Que vous ne vous fassiez pas de mauvaises idées…
La première fois que vous me rencontrez,
Je parle peu, je suis renfermée…
Comme une femme froide vous me percevez,
Et ce n’est pas cela que je souhaite montrer…
Car je suis tout le contraire de cela,
J’ai un coeur, mais je suis timide voilà…
Ma timidité est une maladie chez moi,
Elle fait de moi ce que je ne suis pas…
Au fil du temps, vous me découvrirez,
Et peut-être votre vision va changer…
Ma vraie personne est malheureusement cachée,
C’est avec le temps qu’elle pointe le bout de son nez…

Valérie S.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Dim 23 Nov - 13:06

Je prendrai par la main les deux petits enfants
Victor HUGO (1802-1885)

Je prendrai par la main les deux petits enfants ;
J'aime les bois où sont les chevreuils et les faons,
Où les cerfs tachetés suivent les biches blanches
Et se dressent dans l'ombre effrayés par les branches ;
Car les fauves sont pleins d'une telle vapeur
Que le frais tremblement des feuilles leur fait peur.

Les arbres ont cela de profond qu'ils vous montrent
Que l'éden seul est vrai, que les coeurs s'y rencontrent,
Et que, hors les amours et les nids, tout est vain ;

Théocrite souvent dans le hallier divin
Crut entendre marcher doucement la ménade.
C'est là que je ferai ma lente promenade
Avec les deux marmots. J'entendrai tour à tour
Ce que Georges conseille à Jeanne, doux amour,
Et ce que Jeanne enseigne à Georges. En patriarche
Que mènent les enfants, je réglerai ma marche
Sur le temps que prendront leurs jeux et leurs repas,
Et sur la petitesse aimable de leurs pas.
Ils cueilleront des fleurs, ils mangeront des mûres.
Ô vaste apaisement des forêts ! ô murmures !
Avril vient calmer tout, venant tout embaumer.

Je n'ai point d'autre affaire ici-bas que d'aimer.

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Dim 23 Nov - 13:11

Extase

Argentin brasier, braise creusée
Avec la musique de son intime force
Braise évidée, délivrée, écorce
Occupée à livrer ses mondes.

Recherche épuisante du moi
Pénétration qui se dépasse
Ah! joindre le bûcher de glace
Avec l'esprit qui le pensa.

La vieille poursuite insondable
En jouissance s'extravase
Sensualités sensibles, extase
Aux cristaux chantants véritables.

Ô musique d'encre, musique
Musique des charbons enterrés
Douce, pesante qui nous délivre
Avec ses phosphores secrets.

Antonin Artaud

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs


Dernière édition par Admin le Dim 23 Nov - 14:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Dim 23 Nov - 14:00

L'oiseau de l'espoir
2 ème dans le concours Concours introspection, sentiments et sensation.

De ma fenêtre opaque dans ma cité hostile

Je ne peux qu’observer un ciel décoloré.

Des nuages en plaques qui recouvrent la ville

Ont caché et gâché cet azur ébranlé.



C’est à perte de vue que ce vaste horizon

Grisonnant de tristesse et privé de beauté

Montre son cœur perdu et ce sombre de plomb

Ecrasant la tendresse d’un beau soleil d’été.



Mais si je devenais cette belle colombe

Que j’ai vu transpercer ce voile si épais,

Et si je m’envolais bien plus haut que ma tombe,

Si un jour je pouvais enfin la dépasser…



Ma tombe, ma cité, le berceau de ma mort,

C’est bien la dépression, vous l’auriez deviné.

Mais cet oiseau volait et montait sans effort

Au delà des pressions de mon cœur tourmenté.



Mon espoir est venu à la vue de la paix

Transportée par cet être à l’allure angélique.

Il perça cette mue qui jadis me tenait :

Je me suis vu renaître au soleil des tropiques

Thisius
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Dim 23 Nov - 14:58

LE DÉSESPOIR EST ASSIS SUR UN BANC

Jacques PREVERT

Dans un square sur un banc
Il y a un homme qui vous appelle quand on passe
Il a des binocles un vieux costume gris
Il fume un petit ninas il est assis
Et il vous appelle quand on passe
Ou simplement il vous fait signe
Il ne faut pas le regarder
Il ne faut pas l'écouter
Il faut passer
Faire comme si on ne le voyait pas
Comme si on ne l'entendait pas
Il faut passer et presser le pas
Si vous le regardez
Si vous l'écoutez
Il vous fait signe et rien personne
Ne peut vous empêcher d'aller vous asseoir près de lui
Alors il vous regarde et sourit
Et vous souffrez atrocement
Et l'homme continue de sourire
Et vous souriez du même sourire
Exactement
Plus vous souriez plus vous souffrez
Atrocement
Plus vous souffrez plus vous souriez
Irrémédiablement
Et vous restez là
Assis figé
Souriant sur le banc
Des enfants jouent tout près de vous
Des passants passent
Tranquillement
Des oiseaux s'envolent
Quittant un arbre
Pour un autre
Et vous restez là
Sur le banc
Et vous savez vous savez
Que jamais plus vous ne jouerez
Comme ces enfants
Vous savez que jamais plus vous ne passerez
Tranquillement
Comme ces passants
Que jamais plus vous ne vous envolerez
Quittant un arbre pour un autre
Comme ces oiseaux.

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Dim 23 Nov - 19:43

Voyage
Sous l’aube bleu-nuit aux fraîches senteurs,
Embrassés de brume et le cœur trop ivre,
J'irais avec ma douce poésie et mon livre,
Vers les océans vierges enchanteurs.

L’horizon sera notre unique phare,
Ramant et glissant sur des flots rêveurs,
Nous aurons les cieux, toutes leurs ferveurs,
Qui nous porteront en douce fanfare.

Nous nous confondrons aux brillantes mers,
L’infini sera notre sanctuaire,
L’écume des eaux l’encre à l’actuaire,
Gravant notre Éden loin des cœurs amers.

Et nous connaîtrons tout l’or des rivages,
La nue argentée et le jour vermeil,
La voile nourrie au divin soleil,
Toujours nous irons vers des lieux sauvages

Tournoieront dans l’air des senteurs d’orient,
De neige et d’encens, de sable et de bière,
Qui sur nous viendra fermer la paupière ;
Sur les pas d’Ulysse au conte brillant.

Voguant au travers des vagues bien calmes
Leurs reflets du soir comme des flambeaux,
Au ciel de l'Atlas loin des noirs corbeaux,
De nos cœurs noyés il naîtra des palmes.

Nezha
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Lun 24 Nov - 16:18

La Poesía

Y fue a esa edad ... Llegó la poesía
a buscarme. No sé, no sé de dónde
salió, de invierno o río.
No sé cómo ni cuándo,
no, no eran voces, no eran
palabras, ni silencio,
pero desde una calle me llamaba,
desde las ramas de la noche,
de pronto entre los otros,
entre fuegos violentos
o regresando solo,
allí estaba sin rostro
y me tocaba.

Yo no sabía qué decir, mi boca
no sabía
nombrar,
mis ojos eran ciegos,
y algo golpeaba en mi alma,
fiebre o alas perdidas,
y me fui haciendo solo,
descifrando
aquella quemadura,
y escribí la primera línea vaga,
vaga, sin cuerpo, pura
tontería,
pura sabiduría
del que no sabe nada
y vi de pronto
el cielo
desgranado
y abierto,
planetas,
plantaciones palpitantes,
la sombra perforada,
acribillada
por flechas, fuego y flores,
la noche arrolladora, el universo.

Y yo, mínimo ser,
ebrio del gran vacío
constelado,
a semejanza, a imagen
del misterio,
me sentí parte pura
del abismo,
rodé idiot las estrellas,
mi corazón se desató en el viento.


Pablo Neruda
La Poésie

Et ce fut à cet âge... La poésie
vint me chercher. Je ne sais pas, je ne sais d'où
elle surgit, de l'hiver ou du fleuve.
Je ne sais ni comment ni quand,
non, ce n'étaient pas des voix, ce n'étaient pas
des mots, ni le silence:
d'une rue elle me hélait,
des branches de la nuit,
soudain parmi les autres,
parmi des feux violents
ou dans le retour solitaire,
sans visage elle était là
et me touchait.

Je ne savais que dire, ma bouche
ne savait pas
nommer,
mes yeux étaient aveugles,
et quelque chose cognait dans mon âme,
fièvre ou ailes perdues,
je me formai seul peu à peu,
déchiffrant
cette brûlure,
et j'écrivis la première ligne confuse,
confuse, sans corps, pure
ânerie,
pur savoir
de celui-là qui ne sait rien,
et je vis tout à coup
le ciel
égrené
et ouvert,
des planètes,
des plantations vibrantes,
l'ombre perforée,
criblée
de flèches, de feu et de fleurs,
la nuit qui roule et qui écrase, l'univers.

Et moi, infime créature,
grisé par le grand vide
constellé,
à l'instar, à l'image
du mystère,
je me sentis pure partie
de l'abîme,
je roulai avec les étoiles,
mon coeur se dénoua dans le vent.

(Mémorial de l'île Noire, 1964)

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Ven 28 Nov - 13:39


Tout enfant, tu dormais près de moi, rose et fraîche,
Comme un petit Jésus assoupi dans sa crèche ;
Ton pur sommeil était si calme et si charmant
Que tu n'entendais pas l'oiseau chanter dans l'ombre ;
Moi, pensif, j'aspirais toute la douceur sombre
Du mystérieux firmament.

Et j'écoutais voler sur ta tête les anges ;
Et je te regardais dormir ; et sur tes langes
J'effeuillais des jasmins et des oeillets sans bruit ;
Et je priais, veillant sur tes paupières closes ;
Et mes yeux se mouillaient de pleurs, songeant aux choses
Qui nous attendent dans la nuit.

Un jour mon tour viendra de dormir ; et ma couche,
Faite d'ombre, sera si morne et si farouche
Que je n'entendrai pas non plus chanter l'oiseau ;
Et la nuit sera noire ; alors, ô ma colombe,
Larmes, prière et fleurs, tu rendras à ma tombe
Ce que j'ai fait pour ton berceau.

Victor Hugo, 4 Octobre 1857
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Ven 28 Nov - 20:52

Il a dévalé la colline
Ses pieds faisaient rouler des pierres
Là-haut entre les quatre murs
La sirène chantait sans joie

Il respirait l'odeur des arbres
Il respirait de tout son corps
La lumière l'accompagnait
Et lui faisait danser son ombre

Pourvu qu'ils me laissent le temps
Il sautait à travers les herbes
Il a cueilli deux feuilles jaunes
Gorgées de sève et de soleil

Les canons d'acier bleu crachaient
De courtes flammes de feu sec
Pourvu qu'ils me laissent le temps
Il est arrivé près de l'eau

Il y a plongé son visage
Il riait de joie il a bu
Pourvu qu'ils me laissent le temps
Il s'est relevé pour sauter

Pourvu qu'ils me laissent le temps
Une abeille de cuivre chaud
L'a foudroyé sur l'autre rive
Le sang et l'eau se sont mêlés

Il avait eu le temps de voir
Le temps de boire à ce ruisseau
Le temps de porter à sa bouche
Deux feuilles gorgées de soleil

Le temps de rire aux assassins
Le temps d'atteindre l'autre rive
Le temps de courir vers la femme.
Juste le temps de vivre.

Boris VIAN

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Sam 29 Nov - 17:11

Chanson de Jacques PREVERT

Quel jour sommes-nous
Nous sommes tous les jours

Mon amie
Nous sommes toute la vie
Mon amour
Nous nous aimons et nous vivons
Nous vivons et nous nous aimons
Et nous ne savons pas ce que c'est que la vie
Et nous ne savons pas ce que c'est que le jour
Et nous ne savons pas ce que c'est que l'amour.

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Sam 29 Nov - 17:15

Ode à Cassandre

Pierre de Ronsard


Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au votre pareil.

Las ! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautés laissé choir !
Ô vraiment marâtre Nature,
Puis qu'une telle fleur ne dure
Que du matin jusques au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez votre jeunesse :
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir votre beauté.

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Jeu 4 Déc - 13:13

Elle
de Xavier Forneret

Vous ne savez son nom ? - Celle pour qui je chante
La vie d'amour de feu, puis après est mourante :
C'est un arbre en verdeur, un soleil en éclats,
C'est une nuit de rose ou languissants ébats.
C'est un torrent jeté par un trou de nuage ;
C'est le roi des lions dégarni de sa cage :
C'est l'enfant qui se roule et qui est tout en pleurs,
C'est la misère en cris, - c'est la richesse en fleurs.
C'est la terre qui tremble et la foudre qui tonne,
Puis le calme du soir, au doux bruit qui résonne ;
C'est un choc qui renverse en tuant de frayeur,
Puis un pauvre qui donne, - ou le soupir qui meurt.
C'est un maître qui gronde, - un amant qui caresse ;
C'est la mort, désespoir, deuil, bonheur, allégresse.
C'est la brebis qui bêle en léchant son agneau,
Puis la brise aux parfums, ou le vent dans l'ormeau. -
Bien sûr elle a deux coeurs : l'un qui vit et palpite ;
L'autre, frappé, battu, qui dans un coin habite.

On pense que son pied ne la soutiendra pas,
Tant il se perd au sol, ne marquant point de pas.
Ses cheveux sont si beaux qu'on désire se pendre
Avec eux, si épais qu'on ne peut pas les prendre.
Si petite est la place où l'entoure un corset
Qu'on ne sait vraiment pas comment elle le met.
Quelque chose en sa voix arrête, étreint, essouffle.
Des âmes en douceur s'épurent dans son souffle.
Et quand au fond du coeur elle s'en va cherchant,
Ses baisers sont des yeux, sa bouche est leur voyant.

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Ven 5 Déc - 21:13

Les souvenirs
par Henry BATAILLE

Les souvenirs, ce sont les chambres sans serrures,
Des chambres vides où l'on n'ose plus entrer,
Parce que de vieux parents jadis y moururent.
On vit dans la maison où sont ces chambres closes.
On sait qu'elles sont là comme à leur habitude,
Et c'est la chambre bleue, et c'est la chambre rose...
La maison se remplit ainsi de solitude,
Et l'on y continue à vivre en souriant...

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Lun 8 Déc - 19:15

CASBAH de Himoud BRAHIMI dit Momo (fakir lilah)

Ville incomparable, jolie comme une perle,
Splendide à souhait, au bord de la mer
Les mouettes au port, les bateaux ancrés
Les iles reliées, le mole qui les suit
Vision d'une coupole, la Casbah colline
Maison séculaires, cèdres renforcés
Habitat mystère, les murs patinés
terrasses gouailleuses, ruelles clairières
Céramiques claires, colonnes torsadées
Marbre le parterre, patios ombragés

Alger El Djazair, comptoirs phéniciens
Hercule y vécut, Mezghenna aima
L'andalou maçon traça le schéma
Le soleil selon, un gite à la lune
Un peuple pour époux, épouse dulcinée
Casbah solitaire, joyau de mon coeur
Casbah de mémoire, aux histoires citées
Le voile qui te sied, ne peut plus cacher
Les rides séniles, rongeant toute ta peau
A chaque jour nouveau l'agonie te guette
Et toi toute muette, dans les yeux ta vie
Gaieté des enfants, l'oeuvre des mamans
Dans ce monde nouveau, tu es matriarche
Je sais ce que racontent, les tournants des rues
Les pavés qui chantent, les pas des partants
Du sang sur les murs, linceuls dans les tombes
Je me dois de dire à ceux qui ne sont plus

Qu'ils sont avec nous et Toi avec eux

Nous sommes leur Casbah et toi notre aieule !

Momo, 28-03-1978, Casbah

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mer 10 Déc - 12:10

Les rêves
d' Anna De Noailles


Le visage de ceux qu'on n'aime pas encor
Apparaît quelquefois aux fenêtres des rêves,
Et va s'illuminant sur de pâles décors
Dans un argentement de lune qui se lève.

Il flotte du divin aux grâces de leur corps,
Leur regard est intense et leur bouche attentive ;
Il semble qu'ils aient vu les jardins de la mort
Et que plus rien en eux de réel ne survive.

La furtive douceur de leur avènement
Enjôle nos désirs à leurs vouloirs propices,
Nous pressentons en eux d'impérieux amants
Venus pour nous afin que le sort s'accomplisse ;

Ils ont des gestes lents, doux et silencieux,
Notre vie uniment vers leur attente afflue :
Il semble que les corps s'unissent par les yeux
Et que les âmes sont des pages qu'on a lues.

Le mystère s'exalte aux sourdines des voix,
A l'énigme des yeux, au trouble du sourire,
A la grande pitié qui nous vient quelquefois
De leur regard, qui s'imprécise et se retire...

Ce sont des frôlements dont on ne peut guérir,
Où l'on se sent le coeur trop las pour se défendre,
Où l'âme est triste ainsi qu'au moment de mourir ;
Ce sont des unions lamentables et tendres...

Et ceux-là resteront, quand le rêve aura fui,
Mystérieusement les élus du mensonge,
Ceux à qui nous aurons, dans le secret des nuits,
Offert nos lèvres d'ombre, ouvert nos bras de songe.

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Nadya
Esthète


Féminin
Localisation : Paris
Réputation : 0
Inscrit le : 06/12/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Sam 13 Déc - 22:25

C'est beau, doux, agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Dim 14 Déc - 12:26

Nadya a écrit:
C'est beau, doux, agréable.

Merci Nadya, je taquine la muse de temps à autre.

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Nadya
Esthète


Féminin
Localisation : Paris
Réputation : 0
Inscrit le : 06/12/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Lun 15 Déc - 23:17

L’amour est aveugle


J’écoute le doux silence de la nuit
rythmé par quelques cigales bien enfouies
et je savoure, de là ou je suis,
ce temps, si sagement ralenti ;

Je me surprends te sourire
certain de te voir aussi saisir
cet instant qui tant nous unit
malgré cette distance que nous n’avons pas choisi ;

L’amour est aveugle et ne sait faire de choix,
il me porte vers toi et te ramène à moi,
telle une vague ondulant au gré du vent,
traçant au fil du temps des sillons sur son front l’embellissant ;

Il se pose dans le cœur des innocents et console, sans paroles,
hommes, femmes et enfants ;

A travers lui les soucis se consument mais sa saveur demeure dans son amertume,
puisque soudain rien n’est acquis devant cet incontournable infini exacerbant mes sens
jusqu’ici endormis d’un nouvel arome jusqu’alors ignoré ;

Si autrefois le jour nourrissait mon espoir, là je m’aperçois que je parviens à te voir
grâce à cette tendre étreinte du noir ;

Et aujourd’hui c’est vrai, nul besoin est, de t’avoir tout près pour savoir qui tu es ;
L’amour est aveugle, il me porte vers toi et te ramène à moi…


Athman Bali.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mar 16 Déc - 15:24

Allah yarhmou, c'est si naturellement écrit, je le découvre et il m'étonne ... Allah yarhmou

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mar 16 Déc - 15:27

C'est la douce loi des hommes
de Paul ELUARD

C'est la douce loi des hommes
Du raisin ils font du vin
Du charbon ils font du feu
Des baisers ils font des hommes

C'est la dure loi des hommes
Se garder intact malgré
Les guerres et la misère
Malgré les dangers de mort

C'est la chaude loi des hommes
De changer l'eau en lumière
Le rêve en réalité
Et les ennemis en frères

Une loi vieille et nouvelle
Qui va se perfectionnant
Du fond du coeur de l'enfant
Jusqu'à la raison suprême.

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Petite brise
Esthète


Féminin
Réputation : 0
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mar 16 Déc - 18:16


عَلى قَدرِ الهَوى يَأتي العِتـابُ Like a Star @ heaven وَمَن عاتَبتُ يَفديـهِ الصِحـابُ
أَلـومُ مُعَذِبـي فَأَلـومُ نَفسـي Like a Star @ heaven فَأُغضِبُها وَيُرضيهـا العَـذابُ
وَلَو أَنّي اِستَطَعتُ لَتُبـتُ
عَنـهُ Like a Star @ heaven وَلَكِن كَيفَ عَن روحي المَتـابُ
وَلي قَلبٌ بِأَن يَهـوى
يُجـازى Like a Star @ heaven وَمالِكُـهُ بِـأَن يَجنـي يُثـابُ
وَلَو وُجِدَ العِقابُ فَعَلـتُ
لَكِـن Like a Star @ heaven نِفارُ الظَبيِ لَيـسَ لَـهُ عِقـابُ
يَلـومُ اللائِمـونَ وَمــا رَأَوهُ Like a Star @ heaven وَقِدماً ضاعَ في الناسِ الصَوابُ
صَحَوتُ فَأَنكَرَ السُلـوانَ
قَلبـي Like a Star @ heaven عَلَيَّ وَراجَعَ الطَـرَبَ الشَبـابُ
كَأَنَّ يَدَ الغَـرامِ زِمـامُ
قَلبـي Like a Star @ heaven فَلَيسَ عَلَيهِ دونَ هَوىً حِجـابُ
كَأَنَّ رِوايَـةَ الأَشـواقِ
عَـودٌ Like a Star @ heaven عَلى بَدءٍ وَمـا كَمُـلَ الكِتـابُ
كَأَنِّـيَ وَالهَـوى أَخَـوا
مُـدامٍ Like a Star @ heaven لَنا عَهدٌ بِها وَلَنـا اِصطِحـابُ
إِذا ما اِعتَضتُ عَن عِشقٍ بِعِشقِ Like a Star @ heaven أُعيدَ العَهـدُ وَاِمتَـدَّ
الشَـرابُ

أحمد شوقي
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mer 17 Déc - 1:32

Comme Kerem par Nazim HIKMET

L’air est lourd comme du plomb
Je crie
Je crie
Je crie
Venez vite
je vous invite
à faire fondre
du plomb
Il me dit
Tu prendras feu à ta propre voix
et cendre tu deviendras
comme Kerem
brûlé à son amour.
Tant
de misères
si peu
d’amis.
Les oreilles des cœurs
Sont sourdes.
L’air est lourdcomme du plomb.

Et moi je lui dis :
« Que je brûle
Que cendre je devienne
comme Kerem.
Si je ne brûle pas
si tu ne brûles pas
si nous ne brûlons pas
comment les ténèbres
deviendront-elles
clarté.

L’air est gros comme la terre
L’air est lourd comme du plomb
Je crie
Je crie
Je crie
Venez vite
je vous invite
à faire fondre
du plomb. »


1934
(« Comme Kerem »,
Dans Anthologie poétique)
(Traduit par Hassan Girch)

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mer 17 Déc - 13:11

Poème pour l'Algérie heureuse
~~~d'Assia Djebbar ~~~


Neiges dans le Djurdjura
Pièges d'alouette à Tikjda
Des olivettes aux Ouadhias
On me fouette à Azazga
Un chevreau court sur la Hodna
Des chevaux fuient de Mechria
Un chameau rêve à Ghardaia Et mes sanglots à Djémila
Le grillon chante à Mansourah
Un faucon vole sur Mascara
Tisons ardents à Bou-Hanifia Pas de pardon aux Kelaa
Des sycomores à Tipaza
Une hyène sort à Mazouna
Le bourreau dort à Miliana Bientôt ma mort à Zémoura
Une brebis à Nédroma
Et un ami tout près d'Oudja
Des cris de nuit à Maghnia Mon agonie à Saida
La corde au cou à Frenda
Sur les genoux à Oued-Fodda
Dans les cailloux de Djelfa La proie des loups à M'sila
Beauté des jasmins à Koléa
Roses de jardins de Blida
Sur le chemin de Mouzaia Je meurs de faim à Médea
Un ruisseau sec à Chellala
Sombre fléau à Medjana
Une gorgée d'eau à Bou-Saada Et mon tombeau au Sahara
Puis c'est l'alarme à Tébessa
Les yeux sans larmes à Mila
Quel Vacarme à Ain-Sefra On prend les armes à Guelma
L'éclat du jour à Khenchla
Un attentat à Biskra
Des soldats aux Nementcha Dernier combat à Batna
Neiges dans le Djurdjura
Piéges d'alouette à Tikjda
Des olivettes aux Ouadhias
Un air de fête au coeur d'El Djazira

Assia Djebbar

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Jeu 18 Déc - 2:41

L'amour en cage
de Boris VIAN

Mon coeur s'est pris à tes épaules
Mon coeur s'est pris à tes yeux gris
Le soleil s'est éteint
Et la neige est tombée
J'ai eu froid sans mon coeur
Rends-le moi
Mon coeur tremblait dans tes mains calmes
Mon coeur tremblait contre le tien

Les oiseaux se sont tus
Et les fleurs ont pâli
J'ai si froid sans mon coeur, rends-le moi
Ne le mets pas dans une cage
Il va mourir comme l'amour
Laisse-moi courir les rues
Laisse-moi vivre au fil des jours

J'ai mis le bonheur à la porte
Et j'ai brisé tous ses anneaux
J'ai laissé les baisers
J'ai cassé les serments
Et j'enferme mon coeur avec moi
Demain, demain je serai seul
Dans le silence de ma vie
Me prendra le hasard
M'aimera qui voudra
Mais j'enferme mon coeur avec moi

Je serai libre dans ma cage
Je serai libre avec mon coeur
Et j'irai courir les rues
Les rues de rêve
Où vont mes amours

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Petite brise
Esthète


Féminin
Réputation : 0
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Jeu 18 Déc - 15:03

La Maline

Dans la salle à manger brune, que parfumait
Une odeur de vernis et de fruits, à mon aise
Je ramassais un plat de je ne sais quel mets
Belge, et je m'épatais dans mon immense chaise.

En mangeant, j'écoutais l'horloge, - heureux et coi.
La cuisine s'ouvrit avec une bouffée,
Et la servante vint, je ne sais pas pourquoi,
Fichu moitié défait, malinement coiffée

Et, tout en promenant son petit doigt tremblant
Sur sa joue, un velours de pêche rose et blanc,
En faisant, de sa lèvre enfantine, une moue,

Elle arrangeait les plats, près de moi, pour m'aiser ;
- Puis, comme ça, - bien sûr pour avoir un baiser, -
Tout bas : "Sens donc, j'ai pris une froid sur la joue..."


Arthur Rimbaud
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Aujourd'hui à 17:13

Revenir en haut Aller en bas
 
Un poème car à tout il faut un commencement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 21Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 12 ... 21  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IQBAL : Pour un monde heureux et solidaire de valeurs et d'esthétique :: ARTS et LETTRES :: LITTERATURE / Roman, poésie, essai-
Sauter vers: