IQBAL : Pour un monde heureux et solidaire de valeurs et d'esthétique
Vous êtes bien sur Iqbal le Forum à coeur ouvert.
Bienvenus chez vous !



 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Sondage
Quel est le meilleur écrivain algérien ?
 Mohammed Dib
 Malek Haddad
 Kateb Yacine
 Mouloud Mammeri
 Mouloud Feraoun
 Assia Djebbar
 Tahar Ouettar
 Abdelhamid Benhadouga
 Rachid Boudjedra
 Rachid Mimouni
 Yasmina Khadra
 Maissa Bey
 Ahlem Mosteghanemi
Voir les résultats


Les visiteurs d’Iqbal
relations
 

Partagez | 
 

 Un poème car à tout il faut un commencement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Dim 4 Mar - 14:55

JE NE SAIS POURQUOI

Je ne sais pourquoi
Mon esprit amer
D'une aile inquiète et folle vole sur la mer.
Tout ce qui m'est cher,
D'une aile d'effroi
Mon amour le couve au ras des flots. Pourquoi, pourquoi ?

Mouette à l'essor mélancolique,
Elle suit la vague, ma pensée,
À tous les vents du ciel balancée,
Et biaisant quand la marée oblique
Mouette à l'essor mélancolique.

Ivre de soleil
Et de liberté,
Un instinct la guide à travers cette immensité.
La brise d'été
Sur le flot vermeil
Doucement la porte en un tiède demi-sommeil.

Parfois si tristement elle crie
Qu'elle alarme au loin le pilote,
Puis au gré du vent se livre et flotte
Et plonge, et l'aile toute meurtrie
Revole, et puis si tristement crie !

Je ne sais pourquoi
Mon esprit amer
D'une aile inquiète et folle vole sur la mer.
Tout ce qui m'est cher,
D'une aile d'effroi
Mon amour le couve au ras des flots. Pourquoi, pourquoi ?

VERLAINE

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Dim 4 Mar - 15:53

Merci Lem, Paul Eluard est l'un de mes préférés
Admin merci également pour cette évasion poétique.
Revenir en haut Aller en bas
Lem
Esthète


Masculin
Age : 70
Localisation : Algérie
Humeur : Être gai et rire... c'est guérir !

Réputation : 53
Inscrit le : 13/01/2011

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Dim 4 Mar - 17:41

Merci Admin.

Au moins pour "Ivre de soleil et de liberté".
Revenir en haut Aller en bas
http://kherrata.blog4ever.com
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Dim 4 Mar - 17:54

De rien Orfella, de rien Lem, je n'ai fais que reprendre les beaux mots de Verlaine.

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Invité
Invité



MessageSujet: Elsa au miroir   Mar 6 Mar - 12:44

Bonjour à tous et à toutes


[youtube][/youtube]
Revenir en haut Aller en bas
Lem
Esthète


Masculin
Age : 70
Localisation : Algérie
Humeur : Être gai et rire... c'est guérir !

Réputation : 53
Inscrit le : 13/01/2011

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mar 6 Mar - 13:46

Très beau Orfella.

De plus, en parallèle, j'entends la voix cuivrée de Jean Ferrat chantant les poèmes d'Aragon...


Merci.
Revenir en haut Aller en bas
http://kherrata.blog4ever.com
Sameera16
Fée


Féminin
Localisation : Alger
Réputation : 0
Inscrit le : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mar 6 Mar - 16:51

Pour Lem:Liberté

Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable de neige
J’écris ton nom

Sur les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffées d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes raisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attendries
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté

Paul Eluard
Revenir en haut Aller en bas
Lem
Esthète


Masculin
Age : 70
Localisation : Algérie
Humeur : Être gai et rire... c'est guérir !

Réputation : 53
Inscrit le : 13/01/2011

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mar 6 Mar - 17:24

Merci Sameera16.

Liberté, j'écris et je crie ton nom !
Revenir en haut Aller en bas
http://kherrata.blog4ever.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mar 6 Mar - 17:32

Très beau, merci SAMEERA

Le monde tu

Il est des jours où le déluge est si grand qu'on ne sait plus comment pleurer sa rage, et que ça voudrait griffer, rugir, frapper, se jeter dans un lit d'orties plutôt que de veiller l'incompréhension, le mutisme et l'absence.

Se coller au zinc des souvenirs, se réchauffer à bord des images, dans l'ombre fugitive des réverbères.

Éprouver encore quelque chose pour demain. Avec la promesse de pas finir.

Mais voilà, rien qui ne vient en cette nuit si pâle. J'ai beau cherché l'éclaircie, aussi mince soit-elle, retourné les mots, les disséquer, leur donner un autre sens, les traduire dans un autre langage, ils reviennent toujours vers leur forme première, comme une vague engluée de glace qui vous plaque contre le sol, vous crispant le cœur et les os.



...Un gouffre à franchir sous les étoiles.Un enfant qui pleure au fond du ventre...un soir de soi sans d'autre attente que de passer la nuit.



Alors, voilà...juste se taire. Ne plus parler.

Ne plus écrire. Tolérer d'être vaine. Accepter de finir. Endurer la sécheresse du vivre.

S'accouder au balcon et regarder passer les chats errants, sans plus de prétention que le vide.

Sécher les mots, froisser les larmes. Peser ses années, ses siècles d'humain et être léger comme trois fois rien. Pas plus qu'une alouette, pas moins qu'une femme.

A graver son vol sur l'aile cristalline des nuits.



Gommer l'histoire. Juste une seconde, se la raconter sans...

Revenir à l'instant d'avant. Quand le jour était encore debout, nos âmes étreintes, nos papillons encore capables de voler.

Suturer la plaie avec ce qui nous reste de sève.

Dérouler le temps comme déplier une lettre jusqu'en son commencement, saisir le sort des humbles, avouer le malentendu et adopter la solitude seul et vrai visage au bout de nos laisses.

Défroisser l'absence. Entailler l'entaille. Soumettre l'espoir. Déchirer le rêve.



Alors...voilà. Juste se taire et arrêter la course. S'extraire de la route pour enterrer le voyage. Penser aux trains partis sans nous. Aux fausses manœuvres des vrais exils. Il y a des jours où c'est la gorge gonflée de pluie que l'on se porte dans les eaux mortes du vivre.

Des jours où l'on a beau se dire que c'est ainsi. Que ça arrive à d'autres, à tous, peut-être et certains tellement moins vernis. Qu'on y survit un point c'est tout.

On a beau se le dire oui, mais c'est là pourtant et ça vous prend de partout, la rage, la colère, l'amertume, le sang, les cris, les larmes, les morsures. Ça vous prend et vous n'êtes plus sûr que ça vous rendra un jour.Alors, oui...juste se taire et s'accrocher en soi, parce qu'il n' y a plus que ça.

Soi.

Soi pour ressource et certitude. Exil et refuge.

Soi pour moyen, soi pour fin.

Soi la terre et le toit rejoint de nos blessures.



La nuit se clôt. Le silence guette. Les ombres règnent.

Ça et là quelques pas font encore larsen dans le mutisme du monde tu.

Agnès Chêne, tous droits réservés.
Revenir en haut Aller en bas
Lem
Esthète


Masculin
Age : 70
Localisation : Algérie
Humeur : Être gai et rire... c'est guérir !

Réputation : 53
Inscrit le : 13/01/2011

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mar 6 Mar - 17:42

"Ça et là quelques pas font encore larsen dans le mutisme du monde tu."

Comme un silence sonore déchiré par un cri muet...


Merci Orfella.
Revenir en haut Aller en bas
http://kherrata.blog4ever.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Sam 10 Mar - 10:48

De la poésie amie :

Transparence

j’ai regardé la mer, entendu son long souffle

se perdre dans l’immensité,

comme un regard qui se plaint,

qui n’appartient plus qu’au passé.



des enfants joyeux sur le rivage,

partaient à l’assaut du temps en fuite,

l’air doux ravissait l’instant

et la lumière embellissait l’image.



le vent rabattait l’écume des vagues

dans le couloir étroit d’un songe,

je voyais la mort se pencher doucement

là où il n’y a plus de saison.

un vol de passereaux, au loin, cueillait l’horizon,

ils avaient des silences d’où jaillissait l’adieu,

et des soleils éphémères où se perdait le jour.



j’ai regardé la mer, son infinie solitude

s’accrocher au rivage, aux roches désunies

qu’un ciel vide berçait.

Thierry Demercastel ( tous droits réservés)

Revenir en haut Aller en bas
Lem
Esthète


Masculin
Age : 70
Localisation : Algérie
Humeur : Être gai et rire... c'est guérir !

Réputation : 53
Inscrit le : 13/01/2011

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Sam 10 Mar - 19:35

Merci Orfella. Décidément, tu as une âme de poète !

Quand la mer nage sur le sable en prenant un bain de soleil, quand l'homme regarde sans voir avec son regard perçant, l'horizon loin teint le ciel de son ombre invisible...

De qui est cette belle phrase ?
Allez, les jeux sont tous verts...

Revenir en haut Aller en bas
http://kherrata.blog4ever.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Sam 10 Mar - 23:49

C'est un peu vague, peux-tu nous préciser si c 'est une prose ou autre ?

Un essai, Prévert ?
Revenir en haut Aller en bas
Lem
Esthète


Masculin
Age : 70
Localisation : Algérie
Humeur : Être gai et rire... c'est guérir !

Réputation : 53
Inscrit le : 13/01/2011

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Dim 11 Mar - 13:14

C'est un peu vague ?

Tu ne crois pas si bien dire puisqu'il s'agit de... mer. Smile

C'est une prose à l'essai.
Revenir en haut Aller en bas
http://kherrata.blog4ever.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mar 13 Mar - 10:33

Fuite en Sologne

Au poète Mérante

I

Ami, viens me rejoindre.
Les bois sont innocents.
Il est bon de voir poindre
L'aube des paysans.

Paris, morne et farouche,
Pousse des hurlements
Et se tord sous la douche
Des noirs événements.

Il revient, loi sinistre,
Étrange état normal !
A l'ennui par le cuistre
Et par le monstre au mal.

II

J'ai fui ; viens. C'est dans l'ombre
Que nous nous réchauffons.
J'habite un pays sombre
Plein de rêves profonds.

Les récits de grand-mère
Et les signes de croix
Ont mis une chimère
Charmante, dans les bois.

Ici, sous chaque porte,
S'assied le fabliau,
Nain du foyer qui porte
Perruque in-folio.

L'elfe dans les nymphées
Fait tourner ses fuseaux ;
Ici l'on a des fées
Comme ailleurs des oiseaux.

Le conte, aimé des chaumes,
Trouve au bord des chemins,
Parfois, un nid de gnomes
Qu'il prend dans ses deux mains.

Les follets sont des drôles
Pétris d'ombre et d'azur
Qui font aux creux des saules
Un flamboiement obscur.

Le faune aux doigts d'écorce
Rapproche par moments
Sous la table au pied torse
Les genoux des amants.

Le soir un lutin cogne
Aux plafonds des manoirs ;
Les étangs de Sologne
Sont de pâles miroirs.

Les nénuphars des berges
Me regardent la nuit ;
Les fleurs semblent des vierges ;
L'âme des choses luit.

III

Cette bruyère est douce ;
Ici le ciel est bleu,
L'homme vit, le blé pousse
Dans la bonté de Dieu.

J'habite sous les chênes
Frémissants et calmants ;
L'air est tiède, et les plaines
Sont des rayonnements.

Je me suis fait un gîte
D'arbres, sourds à nos pas ;
Ce que le vent agite,
L'homme ne l'émeut pas.

Le matin, je sommeille
Confusément encor.
L'aube arrive vermeille
Dans une gloire d'or.

- Ami, dit la ramée,
Il fait jour maintenant. -
Une mouche enfermée
M'éveille en bourdonnant.

IV

Viens, loin des catastrophes,
Mêler sous nos berceaux
Le frisson de tes strophes
Au tremblement des eaux.

Viens, l'étang solitaire
Est un poème aussi.
Les lacs ont le mystère,
Nos coeurs ont le souci.

Tout comme l'hirondelle,
La stance quelquefois
Aime à mouiller son aile
Dans la mare des bois.

C'est, la tête inondée
Des pleurs de la forêt,
Que souvent le spondée
A Virgile apparaît.

C'est des sources, des îles,
Du hêtre et du glaïeul
Que sort ce tas d'idylles
Dont Tityre est l'aïeul.

Segrais, chez Pan son hôte,
Fit un livre serein
Où la grenouille saute
Du sonnet au quatrain.

Pendant qu'en sa nacelle
Racan chantait Babet,
Du bec de la sarcelle
Une rime tombait.

Moi, ce serait ma joie
D'errer dans la fraîcheur
D'une églogue où l'on voie
Fuir le martin-pêcheur.

L'ode même, superbe,
Jamais ne renia
Toute cette grande herbe
Où rit Titania.

Ami, l'étang révèle
Et mêle, brin à brin,
Une flore nouvelle
Au vieil alexandrin.

Le style se retrempe
Lorsque nous le plongeons
Dans cette eau sombre où rampe
Un esprit sous les joncs.

Viens, pour peu que tu veuilles
Voir croître dans ton vers
La sphaigne aux larges feuilles
Et les grands roseaux verts.

Victor Hugo
Revenir en haut Aller en bas
Lem
Esthète


Masculin
Age : 70
Localisation : Algérie
Humeur : Être gai et rire... c'est guérir !

Réputation : 53
Inscrit le : 13/01/2011

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mar 13 Mar - 19:09

"Un poète est un monde enfermé dans un homme" V.HUGO
Que dire de plus ?
Revenir en haut Aller en bas
http://kherrata.blog4ever.com
Invité
Invité



MessageSujet: Les contreverses   Jeu 15 Mar - 8:09

Perse

Les mots se percent,
se déversent sur moi
et me renversent.

mes vœux averses,
se versent en pluie à l’inverse.
Ainsi, je traverse perse
et je vis toute ma controverse.

Je converse seule
ou verse aux tierces
et je déverse
ce qui me bouleverse
pendant que l’adverse
transperce mon erse
perlée perse.


S’abiment mes transverses
et se disperse mon esprit,
renverse mes idées.
Maintenant
c 'est en perse, que je terse !

Fialyne H Olivès


Croque





Crocodile

Très habile

De tes blancs crocs

Je suis accro

Croque croco

Croque-Dame


Croque croco

Tes dents aigües

Limées, pointues

Croque-Monsieur

Tartare cru

Coquin, malin

Fin sous tes crocs

Filent les mots

Croque, craque

Ces vers en vrac.




Fialyne H Olivès
Revenir en haut Aller en bas
Lem
Esthète


Masculin
Age : 70
Localisation : Algérie
Humeur : Être gai et rire... c'est guérir !

Réputation : 53
Inscrit le : 13/01/2011

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Jeu 15 Mar - 12:41

1er poème : J'observe l'obverse d'une médaille...

2ème poème : Cric-crac... j'ai croqué ces vers.


Merci.
Revenir en haut Aller en bas
http://kherrata.blog4ever.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Sam 17 Mar - 21:52

Tatouage

Vois-tu, chaque jour je me rends compte.
Telle une étoile perdue, les tempêtes j’affronte
En petit bout de mer qui recherche son port,
Lointaine nature brillant sous les sorts
Mais Il m'a vue et mon errance eut un passeport.

J’ai trouvé un abri dans le fond de ses yeux
De celui qui abrite et je m’abrite sous ses cieux.
Contre ma peur nul n’en sera un heureux vainqueur
Dieu -seigneur m’a offert l’agréable lueur.
Du non-voyant qui ne voit et n’agit que par sa grâce.

De mes peines, je m’enfuis, il écrira d’autres pages
Buvard de mes larmes, il apaisera mes sanglots
Vois tu, chaque jour, mon espoir s’élève plus haut,
Chasse les brumes et les regards en otage
En mon âme ne tiendra plus nul tatouage.

Fialyne H Olivès
Revenir en haut Aller en bas
Lem
Esthète


Masculin
Age : 70
Localisation : Algérie
Humeur : Être gai et rire... c'est guérir !

Réputation : 53
Inscrit le : 13/01/2011

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Dim 18 Mar - 11:24

Que de métaphores !

C'est méga fort, vraiment...

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
http://kherrata.blog4ever.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Dim 18 Mar - 11:55

Merci de lire Fialyne H Olivès. Elle n'a que les mots pour exister. Elle écrit surtout pour son père qui n'avait pas quitté l'Algérie, décédé sur son sol avec le sourire de voir l'Algérie Indépendante. Elle a écrit un témoignage de l'histoire de cette famille franco-espagnole sur le sol Algérien avant et après l'indépendance.
Revenir en haut Aller en bas
Lem
Esthète


Masculin
Age : 70
Localisation : Algérie
Humeur : Être gai et rire... c'est guérir !

Réputation : 53
Inscrit le : 13/01/2011

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Lun 19 Mar - 12:26

Merci Ayalée.
La poésie... lisse l'âme.
Revenir en haut Aller en bas
http://kherrata.blog4ever.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Lun 19 Mar - 14:11

Le tonneau de la haine

La Haine est le tonneau des pâles Danaïdes ;
La Vengeance éperdue aux bras rouges et forts
A beau précipiter dans ses ténèbres vides
De grands seaux pleins du sang et des larmes des morts,

Le Démon fait des trous secrets à ces abîmes,
Par où fuiraient mille ans de sueurs et d'efforts,
Quand même elle saurait ranimer ses victimes,
Et pour les pressurer ressusciter leurs corps.

La Haine est un ivrogne au fond d'une taverne,
Qui sent toujours la soif naître de la liqueur
Et se multiplier comme l'hydre de Lerne.

- Mais les buveurs heureux connaissent leur vainqueur,
Et la Haine est vouée à ce sort lamentable
De ne pouvoir jamais s'endormir sous la table.

Charles Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mar 20 Mar - 22:41



Poème de René-François Sully Prudhomme :

Les yeux

Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
Des yeux sans nombre ont vu l'aurore ;
Ils dorment au fond des tombeaux
Et le soleil se lève encore.

Les nuits plus douces que les jours
Ont enchanté des yeux sans nombre ;
Les étoiles brillent toujours
Et les yeux se sont remplis d'ombre.

Oh ! qu'ils aient perdu le regard,
Non, non, cela n'est pas possible !
Ils se sont tournés quelque part
Vers ce qu'on nomme l'invisible ;

Et comme les astres penchants,
Nous quittent, mais au ciel demeurent,
Les prunelles ont leurs couchants,
Mais il n'est pas vrai qu'elles meurent :

Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,
Ouverts à quelque immense aurore,
De l'autre côté des tombeaux
Les yeux qu'on ferme voient encore.
Revenir en haut Aller en bas
Sameera16
Fée


Féminin
Localisation : Alger
Réputation : 0
Inscrit le : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mer 21 Mar - 12:46

Merci ORFELLA
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Aujourd'hui à 17:15

Revenir en haut Aller en bas
 
Un poème car à tout il faut un commencement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 20 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IQBAL : Pour un monde heureux et solidaire de valeurs et d'esthétique :: ARTS et LETTRES :: LITTERATURE / Roman, poésie, essai-
Sauter vers: