IQBAL : Pour un monde heureux et solidaire de valeurs et d'esthétique
Vous êtes bien sur Iqbal le Forum à coeur ouvert.
Bienvenus chez vous !



 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Sondage
Quel est le meilleur écrivain algérien ?
 Mohammed Dib
 Malek Haddad
 Kateb Yacine
 Mouloud Mammeri
 Mouloud Feraoun
 Assia Djebbar
 Tahar Ouettar
 Abdelhamid Benhadouga
 Rachid Boudjedra
 Rachid Mimouni
 Yasmina Khadra
 Maissa Bey
 Ahlem Mosteghanemi
Voir les résultats


Les visiteurs d’Iqbal
relations
 

Partagez | 
 

 Un poème car à tout il faut un commencement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 19, 20, 21
AuteurMessage
Sameera16
Fée


Féminin
Localisation : Alger
Réputation : 0
Inscrit le : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mer 21 Mar - 12:53

La Pipe

Je suis la pipe d'un auteur;
On voit, à contempler ma mine
D'Abyssinienne ou de Cafrine,
Que mon maître est un grand fumeur.

Quand il est comblé de douleur,
Je fume comme la chaumine
Où se prépare la cuisine
Pour le retour du laboureur.

J'enlace et je berce son âme
Dans le réseau mobile et bleu
Qui monte de ma bouche en feu,

Et je roule un puissant dictame
Qui charme son coeur et guérit
De ses fatigues son esprit.

Baudelaire (Charles).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mer 21 Mar - 14:12

Une pipe unique qui a une place privilégiée et qui semble occuper la vie du poète où l'identité de Baudelaire s'efface face au pouvoir d'un tel stimulateur vitalement poétique. Merci Sameera
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mer 21 Mar - 16:32

Poème traduit


Ciel bas



C'est un amour qui va sur les pieds de soie,
Heureux de son exil dans les rues.
Un amour petit et pauvre que mouille une pluie de passage
Et il déborde sur les passants:
Mes présents sont plus grands que moi.
Mangez mon blé,
Buvez mon vin
Car mon ciel repose sur mes épaules et ma terre vous
appartient...

As-tu humé le sang du jasmin indivis
Et pensé à moi?
Attendu en ma compagnie un oiseau à la queue verte
Et qui n'a pas de nom?

C'est un amour pauvre qui fixe le fleuve
Et il s'abandonne aux évocations: Où cours-tu ainsi,
Jument de l'eau?
Sous peu, la mer t'absorbera.
Va lentement vers ta mort choisie,
Jument de l'eau!

Étais-tu mes deux rives
Lorsque les lieux étaient tels qu'ils se devaient d'être,
Légers légers aux souvenirs?
Quelles chansons aimes-tu?
Quelles chansons? Celles qui chantent
La soif de l'amour ou
Celles qui chantent le temps révolu?

C'est un amour pauvre et non partagé,
Calme calme, qui ne brise pas
Le verre de tes jours choisis,
Ni attise le feu d'une lune froide
Dans ton lit.
Tu ne devines pas sa présence si, à sa place peut-être, une
obsession te fait pleurer
Tu ne sais ce que tu ressens lorsque, de tes bras, tu n'enlaces
Que toi!
Quelles nuits, désires-tu, quelles nuits?
Et de quelle couleur sont ces yeux dont tu rêves,
Lorsque tu rêves?
C'est un amour pauvre et partagé
Qui réduit le nombre des désespérés
Et hisse le trône des colombes sur les deux côtés.
A toi donc, de conduire
Ce printemps rapide vers ceux que tu aimes.
Quels temps désires-tu, quels temps?
Que j'en sois le poète, ainsi et ainsi: chaque fois
Qu'une femme s'en va, au soir, vers son secret,
Elle trouve un poète marchant dans ses obsessions.
Et chaque fois qu'un poète va au plus profond de lui,
Il trouve une femme se dénudant devant ce poème...

Quels exils désires-tu?
M'accompagneras-tu, partiras-tu seule
Quand dans ton nom, un exil couronne l'autre
De tous ses feux?

C'est un amour qui passe par nous
Sans que nous le remarquions.
Et il ne sait et nous ne savons
Pourquoi une rose dans un vieux mur nous disperse,
Pourquoi une jeune fille en pleurs à l'arrêt d'un bus
Croque une pomme puis pleure et puis rit:
Ce n'est rien, rien qu'une
Abeille qui vient de traverser mon sang...

C'est un amour pauvre qui observe
Longuement les passants et prend
Le plus jeune pour lune: Tu as besoin
D'un ciel moins élevé.
Sois mon ami et tu pourras contenir
L'égoïsme de deux êtres qui ne savent
A qui offrir leurs fleurs...
Il parlait peut-être de moi, peut-être
De nous, mais nous ne le savions pas.

C'est un amour...

Mahmoud Darouiche

Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Ven 29 Juin - 0:39

« Je veux montrer la foule et chaque homme en détail

Avec ce qui l'anime et qui le désespère

Et sous ses saisons d'homme tout ce qu'il éclaire

Son espoir et son sang son histoire et sa peine »


(Paul Eluard, fragment de « Poème pour tous »)

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Dim 22 Juil - 2:16

La pluie

La pluie fine a mouillé toutes choses, très doucement, et en
silence. Il pleut encore un peu. Je vais sortir sous les arbres.
Pieds nus, pour ne pas tacher mes chaussures.

La pluie au printemps est délicieuse. Les branches chargées
de fleurs mouillées ont un parfum qui m'étourdit. On voit briller
au soleil la peau délicate des écorces.

Hélas ! que de fleurs sur la terre ! Ayez pitié des fleurs
tombées. Il ne faut pas les balayer et les mêler dans la boue ;
mais les conserver aux abeilles.

Les scarabées et les limaces traversent le chemin entre les
flaques d'eau ; je ne veux pas marcher sur eux, ni effrayer ce
lézard doré qui s'étire et cligne des paupières.

Pierre Louÿs

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Moula
Fée


Féminin
Age : 31
Localisation : Alger
Qualité : Modératrice
Réputation : 70
Inscrit le : 22/12/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mar 25 Sep - 16:56

Le goût du néant

Morne esprit, autrefois amoureux de la lutte,
L'Espoir, dont l'éperon attisait ton ardeur,
Ne veut plus t'enfourcher! Couche-toi sans pudeur,
Vieux cheval dont le pied à chaque obstacle bute.

Résigne-toi, mon coeur; dors ton sommeil de brute.
Esprit vaincu, fourbu! Pour toi, vieux maraudeur,
L'amour n'a plus de goût, non plus que la dispute;
Adieu donc, chants du cuivre et soupirs de la flûte!
Plaisirs, ne tentez plus un coeur sombre et boudeur!

Le Printemps adorable a perdu son odeur!
Et le Temps m'engloutit minute par minute,
Comme la neige immense un corps pris de roideur;
Je contemple d'en haut le globe en sa rondeur,
Et je n'y cherche plus l'abri d'une cahute.

Avalanche, veux-tu m'emporter dans ta chute?

Charles Baudelaire

________________________________________________________________________

Le sage peut, sans faillir, changer de positions avec les saisons
Revenir en haut Aller en bas
Sameera16
Fée


Féminin
Localisation : Alger
Réputation : 0
Inscrit le : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mer 21 Nov - 13:19

Auguste ANGELLIER (1848-1911)


Les caresses des yeux

Les caresses des yeux sont les plus adorables ;
Elles apportent l'âme aux limites de l'être,
Et livrent des secrets autrement ineffables,
Dans lesquels seul le fond du coeur peut apparaître.

Les baisers les plus purs sont grossiers auprès d'elles ;
Leur langage est plus fort que toutes les paroles ;
Rien n'exprime que lui les choses immortelles
Qui passent par instants dans nos êtres frivoles.

Lorsque l'âge a vieilli la bouche et le sourire
Dont le pli lentement s'est comblé de tristesses,
Elles gardent encor leur limpide tendresse ;

Faites pour consoler, enivrer et séduire,
Elles ont les douceurs, les ardeurs et les charmes !
Et quelle autre caresse a traversé des larmes ?

Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Jeu 22 Nov - 10:43

Gaspar Hauser chante :

de Paul Verlaine

Je suis venu, calme orphelin
Riche de mes seuls yeux tranquilles,
Vers les hommes des grandes villes :
Ils ne m'ont pas trouvé malin.

A vingt ans un trouble nouveau,
Sous le nom d'amoureuses flammes,
M'a fait trouver belles les femmes :
Elles ne m'ont pas trouvé beau.

Bien que sans patrie et sans roi
Et très brave ne l'étant guère,
J'ai voulu mourir à la guerre :
La mort n'a pas voulu de moi.

Suis-je né trop tôt ou trop tard ?
Qu'est-ce que je fais en ce monde ?
Ô vous tous, ma peine est profonde :
Priez pour le pauvre Gaspard.

Verlaine.

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Sameera16
Fée


Féminin
Localisation : Alger
Réputation : 0
Inscrit le : 02/02/2009

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mar 25 Déc - 20:27

A une robe rose bld

Que tu me plais dans cette robe
Qui te déshabille si bien,
Faisant jaillir ta gorge en globe,
Montrant tout nu ton bras païen !

Frêle comme une aile d’abeille,
Frais comme un coeur de rose-thé,
Son tissu, caresse vermeille,
Voltige autour de ta beauté.

De l’épiderme sur la soie
Glissent des frissons argentés,
Et l’étoffe à la chair renvoie
Ses éclairs roses reflétés.

D’où te vient cette robe étrange
Qui semble faite de ta chair,
Trame vivante qui mélange
Avec ta peau son rose clair ?

Est-ce à la rougeur de l’aurore,
A la coquille de Vénus,
Au bouton de sein près d’éclore,
Que sont pris ces tons inconnus ?

Ou bien l’étoffe est-elle teinte
Dans les roses de ta pudeur ?
Non ; vingt fois modelée et peinte,
Ta forme connaît sa splendeur.

Jetant le voile qui te pèse,
Réalité que l’art rêva,
Comme la princesse Borghèse
Tu poserais pour Canova.

Et ces plis roses sont les lèvres
De mes désirs inapaisés,
Mettant au corps dont tu les sèvres
Une tunique de baisers.

Théophile Gautier, La comédie de la mort
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Sam 16 Mar - 23:07


Aux arbres de Victor HUGO


Arbres de la forêt, vous connaissez mon âme!
Au gré des envieux, la foule loue et blâme ;
Vous me connaissez, vous! - vous m'avez vu souvent,
Seul dans vos profondeurs, regardant et rêvant.
Vous le savez, la pierre où court un scarabée,
Une humble goutte d'eau de fleur en fleur tombée,
Un nuage, un oiseau, m'occupent tout un jour.
La contemplation m'emplit le coeur d'amour.
Vous m'avez vu cent fois, dans la vallée obscure,
Avec ces mots que dit l'esprit à la nature,
Questionner tout bas vos rameaux palpitants,
Et du même regard poursuivre en même temps,
Pensif, le front baissé, l'oeil dans l'herbe profonde,
L'étude d'un atome et l'étude du monde.
Attentif à vos bruits qui parlent tous un peu,
Arbres, vous m'avez vu fuir l'homme et chercher Dieu!
Feuilles qui tressaillez à la pointe des branches,
Nids dont le vent au loin sème les plumes blanches,
Clairières, vallons verts, déserts sombres et doux,
Vous savez que je suis calme et pur comme vous.
Comme au ciel vos parfums, mon culte à Dieu s'élance,
Et je suis plein d'oubli comme vous de silence!
La haine sur mon nom répand en vain son fiel ;
Toujours, - je vous atteste, ô bois aimés du ciel! -
J'ai chassé loin de moi toute pensée amère,
Et mon coeur est encor tel que le fit ma mère!

Arbres de ces grands bois qui frissonnez toujours,
Je vous aime, et vous, lierre au seuil des autres sourds,
Ravins où l'on entend filtrer les sources vives,
Buissons que les oiseaux pillent, joyeux convives!
Quand je suis parmi vous, arbres de ces grands bois,
Dans tout ce qui m'entoure et me cache à la fois,
Dans votre solitude où je rentre en moi-même,
Je sens quelqu'un de grand qui m'écoute et qui m'aime!
Aussi, taillis sacrés où Dieu même apparaît,
Arbres religieux, chênes, mousses, forêt,
Forêt! c'est dans votre ombre et dans votre mystère,
C'est sous votre branchage auguste et solitaire,
Que je veux abriter mon sépulcre ignoré,
Et que je veux dormir quand je m'endormirai.


________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
D'Artagnan
Esthète


Masculin
Age : 44
Localisation : Tunis/Tunisie
Humeur : Très bonne la plus part du temps

Réputation : 0
Inscrit le : 16/03/2013

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Dim 17 Mar - 12:39

Jacques PRÉVERT
Recueil : "Paroles"


Dimanche

Entre les rangées d’arbres de l’avenue des Gobelins
Une statue de marbre me conduit par la main
Aujourd’hui c’est dimanche les cinémas sont pleins
Les oiseaux dans les branches regardent les humains
Et la statue m’embrasse mais personne ne nous voit
Sauf un enfant aveugle qui nous montre du doigt.




Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Dim 17 Mar - 16:24

Merci d'Artagnan, je trouve l'univers poétique de Prévert très actuel

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
jackgeai2
Esthète


Masculin
Age : 67
Localisation : Montréal, Québec, Canada
Réputation : 9
Inscrit le : 10/04/2010

MessageSujet: Moments tannés   Mar 26 Aoû - 20:17

Bien le Bonjour d'un Québécois (Canada) de Belgique...
Une première sur ce fil... D'ordinaire je suis sur "l'Image de votre Humeur"
ICI au pays plat de Belgique, c'est plutôt gris et pluvieux depuis presque UN mois... Tout de même, la pluie n'est faite ICI que d'eau... J'ai une pensée pour celles et ceux qui vivent sous une pluie de BOMBES... En vous offrant ce petit poème, sans prétention, en attendant que la SAINTE PAIX remplace les GUERRES SAINTES de cette TERRE... Quel paradoxe ma foi !

Bien à vous !

Moments tannés (Exaspérés) (1)
L'humanité et son intellect me désolent de plus belle!
Tout comme je me méfie de l'instinct et ses singulières bestialités…
Autant venant de Personnalité que du plus commun des Mortels.
Alors gare à MOI ! Si je mords… Entre génie et sot point d'appel !

Le regret n'a d'autres choix que d'implorer "Grâce" ou "Remord".
L'être averti s'assagit et survie, que s'il n'en tient ICI compte et s'y plie !
Puisque ce Cro-Magnon n'est que cet animal dénaturé qui ne croît que par
Sa FOI.

Nu et sans défense, ne sait-il pas à la fois couvert de ridicule, tout en vainquant
Sa PEUR ?
Sans ailes, il a su voler; bien au-delà des lois, il devint Maître et Roi.
Malgré cela, tout bêtement, il n'en demeure pas moins autant guerroyeur
Qu'esclave jusqu'à l'HORREUR !

Quoique désolé, j'en suis au summum de l'étonnement, et comme VOUS,
…Tout aussi fier d'être d'allure HUMAINE…
…Car de conscience et de mémoire d'hommes, voire aussi de femmes,
Dieu serait, il me semble, sempiternellement seul sans EUX.

Ainsi nait l'espoir d'y voir UN JOUR la porte du Paradis s'entrouvrir,
Pour n'y découvrir rien d'autre, que Bonheur en cette ÉTERNELLE destinée !
Concluons donc, que seul l'Humain peut concevoir un tel avenir transcendé…
                   Aussi mal parti et réparti que sur TERRE… PARDI ! (2)        
JG/jg
(1) (Québec) Ennuyeux, en avoir assez.
(2)   Indique l'assentiment ; c'est tout naturel.

2014082500 Moments Tannés… Jack geai_G_
santa

Jackgeai !
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Ven 19 Sep - 16:54

Bravo, je ne vous savais pas poète cher Jackgeai ! Merci de ce beau texte !

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Ven 19 Sep - 17:04



POEME POUR L’ALGERIE HEUREUSE (ASSIA DJEBBAR)


Neiges dans le Djurdjura
Pièges d'alouette à Tikjda
Des olivettes aux Ouadhias

On me fouette à Azazga
Un chevreau court sur la Hodna
Des chevaux fuient de Mechria
Un chameau rêve à Ghardaia

Et mes sanglots à Djémila
Le grillon chante à Mansourah
Un faucon vole sur Mascara
Tisons ardents à Bou-Hanifia

Pas de pardon aux Kelaa
Des sycomores à Tipaza
Une hyène sort à Mazouna
Le bourreau dort à Miliana

Bientôt ma mort à Zémoura
Une brebis à Nédroma
Et un ami tout près d'Oudja
Des cris de nuit à Maghnia

Mon agonie à Saida
La corde au cou à Frenda
Sur les genoux à Oued-Fodda
Dans les cailloux de Djelfa

La proie des loups à M'sila
Beauté des jasmins à Koléa
Roses de jardins de Blida
Sur le chemin de Mouzaia

Je meurs de faim à Médea
Un ruisseau sec à Chellala
Sombre fléau à Medjana
Une gorgée d'eau à Bou-Saada

Et mon tombeau au Sahara
Puis c'est l'alarme à Tébessa
Les yeux sans larmes à Mila
Quel Vacarme à Ain-Sefra

On prend les armes à Guelma
L'éclat du jour à Khenchla
Un attentat à Biskra
Des soldats aux Nementcha

Dernier combat à Batna
Neiges dans le Djurdjura
Piéges d'alouette à Tikjda
Des olivettes aux Ouadhias

Un air de fête au coeur d'El Djazaïr

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
jackgeai2
Esthète


Masculin
Age : 67
Localisation : Montréal, Québec, Canada
Réputation : 9
Inscrit le : 10/04/2010

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Sam 20 Sep - 13:48

Bien le bonjour d'un Québécois (Canadien)en Belgique,
Meilleurs souhaits pour "UNE ALGÉRIE HEUREUSE..." [POÈME de (ASSIA DJEBBAR)]
Superbe !
santa
Merci ! Rassurant de ressentir nos cœurs encore battre la mesure du temps...
Là où il y a la conscience, il y de l'Espoir...
Tant qu'il y a de l'espoir il y a de la vie.
La partager, c'est se souvenir. En cela l'humain évolue et grandit...

Souhaitons donc une renaissance en IQBAL...  

Bonne Journée,

Jackgeai,
Revenir en haut Aller en bas
Moula
Fée


Féminin
Age : 31
Localisation : Alger
Qualité : Modératrice
Réputation : 70
Inscrit le : 22/12/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mer 29 Oct - 12:02

Iqbal renait en lisant vos posts Jackgeai. Iqbal renait aujourd'hui spécialement pour vous, pour vous souhaiter un heureux anniversaire et une longue vie pleine de joie et de bons moments.
Le forum vous envoie de chaleureux vœux, réchauffés par le soleil nord africain qui continue à briller même en fin octobre et parfumés de la brise marine d'Alger.

Bonne fête et excellente journée inchallah.


________________________________________________________________________

Le sage peut, sans faillir, changer de positions avec les saisons
Revenir en haut Aller en bas
jackgeai2
Esthète


Masculin
Age : 67
Localisation : Montréal, Québec, Canada
Réputation : 9
Inscrit le : 10/04/2010

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Mer 29 Oct - 12:26

Bonjour, Merci, et excellente journée à vous aussi...
santa
À bientôt...
Jackgeai,

Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Sam 6 Fév - 0:01


L’arbre
Emile Verhaeren

Tout seul,
Que le berce l’été, que l’agite l’hiver,
Que son tronc soit givré ou son branchage vert,
Toujours, au long des jours de tendresse ou de haine,
Il impose sa vie énorme et souveraine
Aux plaines.

Il voit les mêmes champs depuis cent et cent ans
Et les mêmes labours et les mêmes semailles ;
Les yeux aujourd’hui morts, les yeux
Des aïeules et des aïeux
Ont regardé, maille après maille,
Se nouer son écorce et ses rudes rameaux.
Il présidait tranquille et fort à leurs travaux ;
Son pied velu leur ménageait un lit de mousse ;
Il abritait leur sieste à l’heure de midi
Et son ombre fut douce
A ceux de leurs enfants qui s’aimèrent jadis.

Dès le matin, dans les villages,
D’après qu’il chante ou pleure, on augure du temps ;
Il est dans le secret des violents nuages
Et du soleil qui boude aux horizons latents ;
Il est tout le passé debout sur les champs tristes,
Mais quels que soient les souvenirs
Qui, dans son bois, persistent,
Dès que janvier vient de finir
Et que la sève, en son vieux tronc, s’épanche,
Avec tous ses bourgeons, avec toutes ses branches,
– Lèvres folles et bras tordus –
Il jette un cri immensément tendu
Vers l’avenir.

Alors, avec des rais de pluie et de lumière,
Il frôle les bourgeons de ses feuilles premières,
Il contracte ses noeuds, il lisse ses rameaux ;
Il assaille le ciel, d’un front toujours plus haut ;
Il projette si loin ses poreuses racines
Qu’il épuise la mare et les terres voisines
Et que parfois il s’arrête, comme étonné
De son travail muet, profond et acharné.

Mais pour s’épanouir et régner dans sa force,
Ô les luttes qu’il lui fallut subir, l’hiver !
Glaives du vent à travers son écorce.
Cris d’ouragan, rages de l’air,
Givres pareils à quelque âpre limaille,
Toute la haine et toute la bataille,
Et les grêles de l’Est et les neiges du Nord,
Et le gel morne et blanc dont la dent mord,
jusqu’à l’aubier, l’ample écheveau des fibres,
Tout lui fut mal qui tord, douleur qui vibre,
Sans que jamais pourtant
Un seul instant
Se ralentît son énergie
A fermement vouloir que sa vie élargie
Fût plus belle, à chaque printemps.

En octobre, quand l’or triomphe en son feuillage,
Mes pas larges encore, quoique lourds et lassés,
Souvent ont dirigé leur long pèlerinage
Vers cet arbre d’automne et de vent traversé.
Comme un géant brasier de feuilles et de flammes,
Il se dressait, superbement, sous le ciel bleu,
Il semblait habité par un million d’âmes
Qui doucement chantaient en son branchage creux.
J’allais vers lui les yeux emplis par la lumière,
Je le touchais, avec mes doigts, avec mes mains,
Je le sentais bouger jusqu’au fond de la terre
D’après un mouvement énorme et surhumain ;
Et J’appuyais sur lui ma poitrine brutale,
Avec un tel amour, une telle ferveur,
Que son rythme profond et sa force totale
Passaient en moi et pénétraient jusqu’à mon coeur.

Alors, j’étais mêlé à sa belle vie ample ;
Je me sentais puissant comme un de ses rameaux ;
Il se plantait, dans la splendeur, comme un exemple ;
J’aimais plus ardemment le sol, les bois, les eaux,
La plaine immense et nue où les nuages passent ;
J’étais armé de fermeté contre le sort,
Mes bras auraient voulu tenir en eux l’espace ;

Mes muscles et mes nerfs rendaient léger mon corps
Et je criais : » La force est sainte.
Il faut que l’homme imprime son empreinte
Tranquillement, sur ses desseins hardis :
Elle est celle qui tient les clefs des paradis
Et dont le large poing en fait tourner les portes « .
Et je baisais le tronc noueux, éperdument,
Et quand le soir se détachait du firmament,
je me perdais, dans la campagne morte,
Marchant droit devant moi, vers n’importe où,
Avec des cris jaillis du fond de mon coeur fou.

Emile Verhaeren

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
jackgeai2
Esthète


Masculin
Age : 67
Localisation : Montréal, Québec, Canada
Réputation : 9
Inscrit le : 10/04/2010

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Sam 6 Fév - 1:56

Sublime ce poème ! Merci cheers

...Et si la vie ne serait que cela, avant comme après tout ?

Haut arbre ! Fidèlement enraciner aux entrailles de la terre, tu épanches ta soif en t'abreuvant de la pluie; tu synthétises le soleil tout en cherchant de tes rêveries nocturnes, communément avec la lune, l'éternelle lumière d'entre les cieux...

Ainsi tout revit... Commence et recommence, sans jamais en finir... vraiment.

Car toujours, je tombe, me relève et j'apprends ! study

Au revoir !

Jackgeai flower
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin


Masculin
Localisation : Tahat
Qualité : Fondateur
Humeur : Vous n'avez aucune chance mais saisissez là.

Réputation : 72
Inscrit le : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Sam 13 Fév - 14:38

Merci Jackgeai, j'aime beaucoup Emile Verhaeren

________________________________________________________________________

Gardez votre fric et laissez-nous nos valeurs
Revenir en haut Aller en bas
http://iqbal.forumalgerie.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un poème car à tout il faut un commencement   Aujourd'hui à 17:16

Revenir en haut Aller en bas
 
Un poème car à tout il faut un commencement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 21 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 19, 20, 21

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
IQBAL : Pour un monde heureux et solidaire de valeurs et d'esthétique :: ARTS et LETTRES :: LITTERATURE / Roman, poésie, essai-
Sauter vers: